SaCoDé a décidé de populariser la fabrication d’une serviette hygiénique réutilisable pour répondre à la détresse des jeunes élèves et femmes qui manquent de sous-vêtements …

Au crépitement des machines se mêlent soudain les cris d’un bébé qui n’en peut plus d’attendre sa maman. Celle-ci lâche le tissu, les fils, décolle ses pieds de la pédale pour s’occuper du nourrisson.

Nous sommes dans l’atelier de fabrication de la Serviette Agateka, au siège de SaCoDé, une organisation qui travaille dans la promotion de la santé des communautés. Entre deux rangées de machines à coudre, des rouleaux de tissus s’étalent. Le tout fourni par le Fonds des Nations Unies pour la Population – FNUAP, qui a été séduit par le projet.

Françoise Nibizi, fondatrice et Directrice de SaCoDé en explique l’origine : « Plus de 75 % de Burundaises ne peuvent pas avoir accès à une serviette hygiénique, dont le prix est autour de 1.500 Fbu (autour d’un 1$). C’est une somme trop importante pour une large majorité des ménages ruraux, pour qu’elle soit dépensée mensuellement à acheter une serviette d’usage intime ou deux pendant plusieurs jours. Et comme les menstrues relèvent d’un tabou dans la culture burundaise, personne n’en parle. »

La Directrice de SaCoDé, avec la serviette hygiénique Agateka : « Après usage, il faut laver à l'eau chaude, et sécher au soleil » ©Gwaga

La Directrice de SaCoDé, avec la serviette hygiénique Agateka : « Après usage, il faut laver à l’eau chaude, et sécher au soleil » ©Gwaga

Or, rappelle la Directrice de SaCoDé,  « avoir ses règles n’est ni une maladie, ni une malédiction. C’est plutôt une bénédiction, un des signes d’une santé sexuelle et reproductive normale chez une femme. » D’où, d’ailleurs, le nom donné à la serviette hygiénique lavable de SaCoDé, Agateka (qui veut dire « dignité » en kirundi).

Des conséquences sur la santé

Car les concernées sont obligées de se rabattre sur des moyens de bord pour contenir l’écoulement des règles. Celle-ci utilisera des chaussettes bourrées de sable lors de ses menstrues pour ne pas rater un examen, celle-là fera recours à des morceaux de tissus prélevés sur de vieux pagnes, ou alors prendra des feuilles de bananiers, alors que les plus chanceuses parviennent à se fabriquer des pseudo-serviettes avec des chiffons arrachés à des matelas usagés.

Une situation compliquée par le fait que rares sont les femmes burundaises en milieu rural qui portent de slip : « Nous avons eu plusieurs témoignages des copines qui portent deux ou trois slips à tour de rôle, suivant celle qui est en règles. Le reste du temps, ces sous-vêtements sont conservés comme des biens précieux », raconte le Dr Eric Niyongabo, en charge de la plate-forme SMS dédiée à l’éducation sur la santé sexuelle et reproductive (SSR).

Le coût de cette débrouillardise est terrible pour la santé : infections vaginales diverses, irritations et apparitions de boutons qui donnent une continuelle envie de se gratter, écoulements vaginaux putrides qui indisposent. Pour éviter la honte d’un regard de travers, la plupart des filles en règles ne quittent plus le domicile parental. Ce qui a une incidence directe sur leurs rendements scolaires, la mobilité des femmes plus âgées étant elle aussi réduite, avec une baisse conséquente des revenus familiaux.

Agateka: les unités de production

C’est donc pour répondre à ce problème que SaCoDé a lancé la production de la serviette hygiénique réutilisable Agateka, qui se décline aussi comme un slip grâce aux bretelles d’attache qu’on peut fermer autour des hanches. « En attendant que le pouvoir d’achat moyen permette de s’acheter des serviettes hygiénique jetables, l’urgence est que les décideurs comprennent et soutiennent Agateka, qui peut durer deux ans », a expliqué Mme Nibizi. Mission difficile, sachant que la grande majorité de ces décideurs sont des hommes qui répugnent d’aborder un sujet aussi « gênant » que les règles.

Le rêve de la présidente de SaCoDé ? Que l’on glisse à la rentrée scolaire et dans chaque cartable d’une adolescente burundaise un jeu de serviettes hygiéniques : « Celles-ci sont des impératifs pédagogiques pour nos filles tout comme le sont le cahier et le stylo. On ne peut pas parler d’égalité entre les genres quand certains étudient tout le mois, les autres trois semaines par mois pour cause de règles. »

En attendant que la campagne de promotion d’Agateka porte des fruits au niveau national, SaCoDé abrite un atelier de couture de ces serviettes, grâce au financement du FNUAP. De jeunes femmes venues de l’ABUBEF, du Centre Jeunes de Kamenge et de SaCoDé en sortiront avec des projets d’unités de production d’Agateka dans leurs organisations respectives.

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

7 Réponses

      • Eliane INEZA

        HELLO

        Belle initiative, pourriez-vous me donner l’adresse mail et physique de Sacodé ? J’ai vraiment envie de participer à la promotion de la femme Burundaise.

        Merci pour les articles, très inspirants et instructifs.

      • Niyonkuru

        bonjour. bonne initiative et projet benefique pour nos filles. est-ce je peux avoir votre adresse e-mail et s’il le faut votre contact whatsapp.

        merci

  1. maica Georges

    Bonjour et bravo. Pouvez vous partager cette expérience avec nous au Burkina Faso? Je suis instituteur et je trouve que nous vivons la même réalité. Merci de me répondre

    Répondre
  2. MIZERO

    je suis tombé sur cette article en faisant mes recherche pour des travaux académiques je saviez pas que cette initiative est déjà présenta dans nôtres pays je veux l adresse physique pur me ressourcée auprès de vous. merci

    Répondre

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

d068e1f2685f01d13f2d70f70bdd39a4EEEEEEEEEEEEEEE