L’art de manger les gens dans la tête 

La chanteuse Natacha Ngendabanka avec le super-star congolaise de la rumba, Fally Ipupa

Elle est immense. Bleue. Longue et grasse. Avatarienne. Elles sont d’ailleurs deux. Deux longues tresses bleues surréalistes, tape-à-l’œil, ce genre de choses qui sont impossibles à ne pas voir, qui s’enroulent autour de votre cerveau une fois vues et qui ne vous quittent plus de la journée.
Deux terribles tresses sur la chanteuse Natacha, dite « Lanamba Labamba », ou « #LaReineDeLaScène » pour les intimes.

Quelques scrolls plus loin, « Umugwizatunga Adoti », ou « le Businessman Adoti ». C’est une photo banale, prise en mode selfie dans un restaurant banal, la qualité de l’image est elle-même banale (peu de netteté), sur la table en arrière-plan une portion d’omelette et un verre de jus eux aussi banals, le tout avec une légende extraordinaire, je vous la traduit en français: « L’argent que je dépense pour mon petit-déjeuner équivaut à la ration alimentaire de 8 mois au Burundi ».
Traduire étant trahir, je m’excuse d’avance pour la traduction du mot « ratiaun » utilisé en kirundi par le Vénérablissime Adoti. J’ai compris « ration », peut-être vous aussi…

Lanamba et Adoti, donc. Qu’ont-ils en commun? Au cœur de ces méandres des réseaux sociaux dans lesquels les Burundais se sont engouffrés pieds et mains joints depuis 2015, cette brave mère et cet énergique jeune homme sont en train d’expérimenter sur Facebook ce que nous appelons, en kirundi, « kurya mumutwe abantu ». Littéralement, « manger les gens, l’opinion, les lecteurs, dans la tête ».
Tout un art, qu’ils déploient avec une constance et une maîtrise à faire pâlir les meilleurs community managers du pays.

Avant de bouffer les gens dans la tête, il faut les connaître. Savoir leur humeur. Deviner que les Burundais après trois ans de matraquage d’information politique, de communiqués incessants de toutes parts, de marches, de manifestations, de contestation, d’incantations et autres interrogations, ces Burundais donc sont un peu… usés.
Dans leur vaste majorité, ils ont envie de souffler, de passer à autre chose, d’oublier le temps d’un post sur Facebook ou envoi WhatsApp le rugueux de l’actualité.
Il y a dans le pays une demande d’évasion (qui n’est pas synonyme de cécité, loin de là).

Et c’est là, à cet instant précis où nos yeux glissent sur des dizaines de posts sans réelle saveur que Labamba ou Adoti frappent. Dur. Dans le tas. Ils nous trollent tellement bien que nous nous retrouvons à partager, commenter, invectiver ces spécimens rares d’une culture qui aime plutôt les choses et les êtres lisses. Chacun des posts des deux olibrius génère des centaines de réactions, des milliers de vues.
Aucune publicité digitale ne fait pareille au Burundi.

On rit, on secoue les têtes, on les traite de fous, d’illuminés, de menteurs et de faussaires, il faut les poursuivre pour manque définitif de bienséance, mais on les lit quand même, en entier en plus, psychiatres, nous voulons être sûrs que nous comprenons de façon holistique leur folie, et nous devenons un peu fou avec eux, dans leur sillage nous nous mettons à nous imaginer écrivant ou dansant comme eux, nous devenons leurs clones, tout autant lucides que nous nous prétendons, certains sans une parole adotienne ou une malice de la chanteuse from Kinama ne peuvent plus tenir deux jours sains et saufs… facebooquement parlant.

Juchés sur leurs très vastes egos, ils nous ont.
Ils nous ont eus.
Nous sommes leurs mets à la sauce buzz, et nous ne le savons même pas, plus.

C’est tout l’art de maîtriser l’air futile de nos passe-temps.

A propos de l'auteur

Journaliste, Coordinateur du Projet Jimbere

Roland Rugero est un journaliste et écrivain burundais né en 1986. Le métier de journalisme, il l’apprend avec le Groupe de presse Iwacu, dont il sera par ailleurs le webmaster éditorial de 2009 à 2014. Un temps chroniqueur de l’actualité politique burundaise, il dirige actuellement une équipe de jeunes journalistes burundais qui travaillent sur le premier magazine jeunesse au Burundi (www.jimbere.org). Il est également contributeur de World Policy Institute ainsi qu'à TakePart. Ancien du prestigieux programme international d’écriture à l'Université de l'Iowa (2013), médaille de bronze aux VIèmes Jeux de la Francophonie à Beyrouth en littérature, Roland Rugero a été cofondateur et animateur du salon littéraire Samandari, fondateur des prix littéraires Michel Kayoya (français) et Andika Prix ​​(anglais). Son deuxième roman "Baho!" Est devenu cette année le premier roman burundais à être traduit du français vers l'anglais.

Articles similaires

Une réponse

  1. Museremu

    Cher Roland, je voudrais bien savoir en quoi cette photo de notre Labamba Lanamba a de comparaison avec les posts du fameux « Adoti ». Puisque cette photo est réelle (du moins je crois qu’elle a été prise lors du dernier passage de la star congolaise à Bujumbura).
    Par ailleurs, on est habitué à ce qu’une certaine catégorie de personnes, principalement jalouses de Nattacha, s’évertuent chaque jour sur des blogs pour la critiquer. J’ai même entendu certains des fans de Nattacha dire que la raison de cette jalousie vient justement du fait qu’elle est de Kinama…

    Répondre

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

quis, Nullam risus. ut odio facilisis eget mattis diam ultricies