Ils sont jeunes, de plus en plus jeunes. Ils commencent à travailler vers seize ans, voire moins. Ignorants, tâtonnant, ils se retrouvent souvent confrontés à l’exploitation sexuelle (surtout pour les bonnes), et toutes formes d’abus de pouvoir. Ainsi, point d’intimité : les employeurs se sont arrogés le droit de fouiller dans leurs affaires quand bon leur semble. A la moindre maladresse, ils sont à la merci d’une brutale taille dans un salaire déjà bien maigre, ici pour compenser un verre cassé, là pour remplacer une chemise ravagée par un fer-à-repasser trop chaud.

Les plus nantis ne sont plus les seuls à s’offrir les services des domestiques. Chacun selon ses revenus ou moyens, se permet désormais d’embaucher quelqu’un(e) pour s’occuper des taches ménagères. Et malgré la naissance d’associations des domestiques, dans la capitale ou à l’intérieur du pays, le statut du personnel de maison n’a bénéficié d’aucune amélioration notable.

Les domestiques n’ont presque pas de temps libre. Ils sont constamment à la disponibilité de leur employeur. Même pour de brefs moments de loisir, ils doivent s’en remettre au bon vouloir des « boss » et autres « patronnes » auxquels il faut demander la permission de « sortir ». Ce qui n’est que rarement approuvé, en dehors de la demi-journée du dimanche « pour la messe ».
Le « boy », ou la « yaya », est le premier à se réveiller, et le dernier à se coucher.
Et aucune loi ne le/la régit. Ni protection sociale, ni salaire minimal, rien.

Phénomène social, la domesticité au Burundi ressemble à s’y méprendre à de l’esclavage moderne. Souvent négligée, peu étudié, jamais réellement dénoncée, elle mérite pourtant toute notre l’attention. Ne fut-ce que par l’ampleur démographique : selon l’Association des Travailleurs Domestiques, ils sont plus de 70 milles garçons et filles qui travaillent dans les ménages de Bujumbura. Plus de 6.000 dans la seule ville de Ngozi.
Dans ce numéro, l’historienne Christine Deslaurier nous offre d’ailleurs une intéressante perspective historique et comparée du sujet, au Burundi et en Afrique.

Et puis, il y a un impératif moral à parler de nos Abakozi (« travailleurs », en kirundi) : sensibles aux récits de violence qui saturent au quotidien nos canaux de communication, nous sommes tout autant coupables de cécité face aux mille et une injustices qu’endurent ceux-là même qui cuisinent pour nous, gardent nos enfants et lessivent nos draps.

Une vie de boy, donc. Jimbere se propose de faire du Ferdinand Oyono « made in Burundi »…

A propos de l'auteur

Articles similaires

4 Réponses

  1. posko

    Et pourtant, nous nous déclarons chrétiens catholiques ou protestants…alors k nous sommes esclavagistes…c’est une grande honte…quel amour de Dieu pratiquons nous envers nos proches soi disant nos boys ou yaya….notre société devrait sortir de l’hypocrisie: exploitation des moins chanceux ou démunis, division ethnique,régionale et religieuz et console

    Répondre
    • Diane

      Ivyo kuja mu misa ni kuvyihoza. Tout ce monde qui défile avec des bibles et qui n’hésite pas à maltraiter les domestiques! L’hypocrisie quand tu nous tiens!

      Répondre
  2. Salvator NIYONIZIGIYE

    La vérité, toujours cachée dans les coulisses des cuisines et dans les tiroirs des lits des patrons à l’absence de patronnes, se dévoile maintenant. Le traitement inhumain des domestiques devrait pousser toute personne qui a du cœur à réagir. Néanmoins, quelques fois il m’arrive à penser que chaque fois qu’une belle créature se marrie, les mouvais vents lui injectent des gènes hostiles aux domestiques. Mais, interrogeons la sociologie qui peut expliquer cette attitude, étant donné que la jeune mariée côtoie toujours ses amis y compris les femmes vétérans. En outre, le mauvaise traitement des domestiques »yaya » par les femmes sont arrosé par l’attitude de certains patrons qui couchent avec elles.

    Répondre
  3. Ibrahim Benjamin MBONIMPA

    Même au 21e siècle, au Burundi, on continue a pratiquer l esclavage.. c est une exploitation pure du domestique. Les Burundais nous sommes appréciés par la bonté et la générosité, tubikorere n abantu batobato…

    Répondre

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

be6f549d4ccd1ce3bdfd2d9a4ac3ff0dN