En terminale au Lycée Communal de Muhanamboko, Fidèle Nibigira a passé les grandes vacances dans l’atelier de couture de la serviette hygiénique réutilisable que promeut SaCoDé. Et il s’apprête à y revenir … 

Quand il s’exprime, Fidèle fait un peu comme tous les jeunes de son âge, avec ses 19 ans : il explique ses origines modestes en kirundi, parle de sa scolarité avec des mots en français, et évoque l’avenir en glissant spontanément quelques anglicismes.
Visage calme, regard un peu timide, il a le dos voûté d’être si souvent derrière la machine à coudre familiale, depuis sept ans. Son père ? « Un maçon qui se fait vieux. On ne l’embauche plus souvent, de peur qu’il ne dégringole des échafaudages d’un chantier du haut de ses 62 ans. » La maman ? Agricultrice.
Chez eux, il y a 8 enfants, donc 3 garçons. Il est le quatrième.

Jusqu’à ses douze ans, son parcours ressemble à celui des milliers d’autres adolescents de ces hautes contrées surplombant la capitale, qu’on évoque sous le vocable de « Bujumbura rural ». Famille pauvre, tribulations de la guerre, la vie à flanc des collines qui n’en finissent pas, et des visites irrégulières dans la capitale, desquelles ont revient avec plein d’images… Fidèle rêve « dans ses targets » de devenir informaticien.

Puis, en 2009, le paternel décide d’acheter une machine à coudre familiale. Ses revenus commencent à péricliter avec l’âge, « il fallait diversifier les incomes », se rappelle Fidèle. Une de ses grandes-sœurs s’y met aussitôt. Pendant plusieurs mois, le jeune écolier observe comme elle pédale, place les tissus sous l’aiguille, engraisse la courroie ou sélectionne les boutons à placer sur les commandes des tenues. Et finit par demander à grand-sœur de lui apprendre à coudre.
Après quelques mois d’entraînement, le voilà qui se met à chercher des clients à son tour, pour subvenir à ses modestes besoins d’adolescent. Ses parents sont aux anges : « Coudre lui procurait de l’argent et le tenait loin des compagnies pas toujours heureuses », se rappelle la maman.

Un job d’été

Fidèle fera la rencontre avec SaCoDé l’été dernier. Avec l’expansion de la demande de la serviette hygiénique Agateka, l’urgence des mains expertes pour coudre vite et bien se fait pressante. Ceux qui sont dans les ateliers SaCoDé sont en majorité des femmes et filles défavorisées venant de Bujumbura « rural ».
Et voilà qu’un jour se pointe un jeune élève, qui lui aussi « veut coudre pour aider les filles du Burundi ». La SaCoDé reçoit la candidature avec beaucoup de curiosité. Trois mois plus tard, le constat est sans appel : « Il est le plus rapide de toute l’équipe, avec la meilleure finition », témoigne Françoise Nibizi, Directrice de l’ONG.

Un profil qui devrait inspirer plusieurs, ajoute Mme Nibizi : « C’est important de souligner comment Fidèle n’a pas attendu une main extérieure pour se tracer un chemin. Et puis voir ce jeune homme coudre une serviette hygiénique malgré tout le tabou qui entoure la sexualité féminine est rafraîchissant ».

Pour Fidèle, les trois mois dans l’atelier d’Agateka ont été « une belle aventure : j’y ai gagné de l’argent pour préparer ma rentrée scolaire, et découvert le monde féminin. » De telle sorte qu’il envisage sérieusement de chercher une formation en « hôtellerie et tourisme » pour prolonger sa passion pour la couture… En attendant, début juillet prochain, il sera de retour dans l’atelier du 11, Avenue de France, à Rohero…

A propos de l'auteur

Journaliste, Coordinateur du Projet Jimbere

Roland Rugero est un journaliste et écrivain burundais né en 1986. Le métier de journalisme, il l’apprend avec le Groupe de presse Iwacu, dont il sera par ailleurs le webmaster éditorial de 2009 à 2014. Un temps chroniqueur de l’actualité politique burundaise, il dirige actuellement une équipe de jeunes journalistes burundais qui travaillent sur le premier magazine jeunesse au Burundi (www.jimbere.org). Il est également contributeur de World Policy Institute ainsi qu'à TakePart. Ancien du prestigieux programme international d’écriture à l'Université de l'Iowa (2013), médaille de bronze aux VIèmes Jeux de la Francophonie à Beyrouth en littérature, Roland Rugero a été cofondateur et animateur du salon littéraire Samandari, fondateur des prix littéraires Michel Kayoya (français) et Andika Prix ​​(anglais). Son deuxième roman "Baho!" Est devenu cette année le premier roman burundais à être traduit du français vers l'anglais.

Articles similaires

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

d15eee2317cdf34032051acc36154e7cTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT