Malgré le handicap et les stigmatisations, Chantal, native des hauteurs de Mugongo-Manga, a su reconstruire sa vie, notamment grâce au handisport.

Si elle n’avait pas rencontré un médecin charlatan, sa jambe gauche ne serait pas atrophiée. Elle, c’est Chantal Ndayongeje, la trentaine révolue. Le handicap physique n’altère en rien à sa beauté : très souriante, elle est la cadette d’une fratrie de trois enfants. Fille unique, elle naquit dans les hauteurs d’Ijenda (commune Mugongo-Manga), contrée des athlètes burundais de renom. Elle n’aura pas la chance d’emboîter le pas à certains de ses cousins (en athlétisme) car elle perdra les pleins pouvoirs sur sa locomotion à trois ans, suite à une injection hasardeuse sur le nerf sciatique.

« Ce n’est pas facile de subir à la fois la souffrance physique et en même temps la stigmatisation sociale : se faire traiter d’ikimuga, celui qui ne peut rien faire, alors que tu es mentalement sain est une torture », se rappelle-t-elle.
Au primaire, pour contrer les regards méprisant, elle fut une écolière brillante. Elle quittera les hauteurs de Mugongo-Manga pour aller continuer sa formation à l’Institut Saint Kizito de Bujumbura, cursus qu’elle terminera avec brio. Une expérience avec des semblables, qui lui donnera encore plus confiance en elle : « Je me suis rendu compte que je n’étais pas la seule personne à vivre avec un handicap », témoigne-t-elle.

Retour à Ijenda et les premiers jalons dans le volleyball

Ayant fait la paix avec son infirmité, elle commence à se familiariser avec le volleyball, jusqu’à le pratiquer face aux valides. C’est au Lycée Étoile des Montagnes d’Ijenda qu’elle commencera à se faire un nom.
En 2013, à la sortie de l’université du Burundi (Département d’Anglais), elle entre dans l’Association des personnes vivant avec handicaps, les Vaillantes, où elle commence à jouer dans le club Muco. Habituée déjà au volleyball debout, elle n’apprendra que le déplacement avec le sitting.

Encandre_HandisportUn parcours qui lui fait du bien, physiquement et mentalement : « En équipe on se sent en famille, car il n’y a plus question de complexe. Personnellement le sport, c’est ma thérapie. Après une partie de jeu, le sang circule bien dans les veines de ma jambe atrophiée, ce qui atténue les douleurs ». Et le handisport, comme tout autre sport, aide à maintenir le corps sain.

Vivre et laisser vivre

« D’aucuns pensent que ceux qui ont un handicap quelconque sont des incapables. Ils oublient que quand on est handicapé des jambes, on peut toujours utiliser les bras », dit-elle.
Elle se rappelle qu’avant d’adhérer au club Muco, certains de ses proches ne la croyaient pas quand elle leur disait qu’elle allait aux entraînements. « Ce n’est que lors de ma toute première compétition qu’ils ont compris que ceux de ma condition sommes capables de faire ce que les personnes normales font», évoque-t-elle.
En 2002, Chantal a représenté le Lycée d’Ijenda dans une finale du concours de la langue française. Elle a terminé deuxième au niveau national. « Cette expérience m’a appris que le pire handicap est celui des limites qu’on s’impose », déclare-t-elle.

Un fiancé? Rires. En attendant qu’elle trouve l’âme-sœur, dans une société où une personne handicapée n’est pas beaucoup appréciée, elle se dit bien portante. « Mon cœur bat, et ce n’est qu’une question de temps. Sinon je n’ai pas encore fait de vœux de virginité», susurre-t-elle.

Encadré : Le handisport est un sport adapté aux personnes ayant un handicap physique, mental ou sensoriel. À côté du sitting volleyball, le handisport burundais englobe d’autres disciplines sportives telles que l’athlétisme, le sitball, le goalball (pour les malvoyants et aveugles) et la natation.

2 Réponses

  1. Salvator NIYONIZIGIYE

    La diversification de conception des choses dans toute société, est l’une des justifications qui témoigne la compléxité de la nature humaine. Certains encouragent les handicapés au moment où les autres les dénigrent.
    J’apprécie cet article qui révèle bien le quotidien des personnes vivant avec l’handicap, dans toutes les sociétés du monde et dans la société burundaise en particulier. J’adresse toutes mes félicitations à Chantal Ndayongeje, qui est sotie de la cage de dénigrement social et qui a vaincu sans arme les ouï-dire de la société burundaise qui jettent tous les handicapés dans un même enveloppe des incapables.

    Répondre
    • chantal

      merci de votre encouragement.je suis prête à aller de l’avant car je sais que je suis capable de contribuer pour le développement de mon pays ou de ma communauté.Mon handicap ne me dérange pas et je me rappelle même pas si j’ai un handicap.

      Répondre

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

80fd774d81122b9826c33438fa57878ajjj