«Tant que les lions n’auront pas leur propre histoire, l’histoire de la chasse glorifiera toujours le chasseur» – Chinua Achebe

La prophétie du grand écrivain nigérian qui nous a quittés il y a trois ans concernait cette Afrique meurtrie par la colonisation, aux prises avec la modernité et la mondialisation. Mais son actualité pèse encore plus au Burundi à la lumière de la crise politique que traverse le pays depuis l’année passée.
Plusieurs analyses ont pointé la situation de misère, d’interrogation, le mur de désespoir auquel font face de nombreux jeunes burundais, sans emploi, sans perspective de « s’en sortir », et qui nourrissent la violence et les extrémismes idéologiques.

Il y a des causes sociales et historiques à cette situation. Depuis l’indépendance du Burundi, le pays a rarement eu de leadership visionnaire à même de conduire en parallèle des programmes de développement et les changements sociaux nécessaires pour que tous les Burundais y aient accès.
Comme ailleurs en Afrique, la société burundaise est restée engluée dans un hiérarchisme social encombrant, dans lequel jeunes et femmes sont des spectateurs du changement social. Cette marginalisation consacrant « l’adulte masculin » s’ajoutait à d’autres discriminations, ethniques, régionales.

Pourtant, comme la plupart des pays africains sub-sahariens, le Burundi est une nation essentiellement jeune, et féminine. Plus de 71 % de la population burundaise a moins de 35 ans, et plus de la moitié de Burundais sont de sexe féminin (ISTEEBU). Cette population jeune a besoin d’opportunités, d’espace d’expression et de recréation, mais aussi de modèles qui lui parlent dans un contexte socio-économique tenu.

Malheureusement, le paysage médiatique burundais est dominé par la politique et des thématiques annexes (sécurité, coopération, etc.). De fait, comme le montrait l’étude IMMAR sur les médias (2014), le contenu médiatique diffusé au Burundi est souvent perçu comme idéologique, loin des préoccupations premières et terra-à-terre de la majorité de la population, jeune, et spécifiquement des femmes.

De nombreuses tentatives ont été faites pour répondre à cette lacune, comme la diversification des rubriques dans la presse écrite numérique ou papier (Iwacu, Akeza), mais aussi des émissions radiophoniques spécialement destinées pour les jeunes/femmes. Mais comme ces productions sont noyées dans des lignes éditoriales avec un fort accent sur l’actualité politique, leur portée se dilue fortement. Chez les jeunes, seuls subsistent des programmes ludo-éducatifs.

S’ajoute à ce contexte médiatique le peu d’attention que semblent porter les pouvoirs publics aux attentes sociales de la jeunesse, l’accent étant porté beaucoup plus sur les enjeux politiques et sécuritaires du pays.

Ce contexte général crée donc un besoin pour un medium qui s’adresse spécifiquement aux jeunes du Burundi.
En créant ce magazine, SaCoDé, avec l’aide de journalistes burundais de carrière, se propose de lancer une véritable plate-forme médiatique qui s’engage, de façon générale, à former, éduquer et divertir les jeunes et femmes du Burundi.

Si le Burundi veut se défaire des violences générées et entretenues par le biais de la jeunesse comme on l’a vu en 2015, il faut que les jeunes s’approprient le récit de leurs rêves, et de leurs sueurs.
Leurs cris n’en seront que mieux compris.

Roland Rugero,
Coordinateur du Projet Jimbere (SaCoDé)

A propos de l'auteur

Journaliste, Coordinateur du Projet Jimbere

Roland Rugero est un journaliste et écrivain burundais né en 1986. Le métier de journalisme, il l’apprend avec le Groupe de presse Iwacu, dont il sera par ailleurs le webmaster éditorial de 2009 à 2014. Un temps chroniqueur de l’actualité politique burundaise, il dirige actuellement une équipe de jeunes journalistes burundais qui travaillent sur le premier magazine jeunesse au Burundi (www.jimbere.org). Il est également contributeur de World Policy Institute ainsi qu'à TakePart. Ancien du prestigieux programme international d’écriture à l'Université de l'Iowa (2013), médaille de bronze aux VIèmes Jeux de la Francophonie à Beyrouth en littérature, Roland Rugero a été cofondateur et animateur du salon littéraire Samandari, fondateur des prix littéraires Michel Kayoya (français) et Andika Prix ​​(anglais). Son deuxième roman "Baho!" Est devenu cette année le premier roman burundais à être traduit du français vers l'anglais.

Articles similaires

2 Réponses

  1. Ibrahim Benjamin MBONIMPA

    Franchement Jimbere a des qualités incontestables. J ai fait une formation du journalisme écrite et j aimerai un jours travailler pour votre journal. Merci

    Répondre
  2. Salvator NIYONIZIGIYE

    Pas en avant… Jimbere. Excellente plate-forme du monde médiatique burundais. A mon avis, le métier du journalisme ne devrait pas être uniquement une sorte de gagne-pain, mais plutôt à cela, devrait s’ajouter une réelle participation dans le changement de mentalité économique, surtout dans le pays comme le notre. Ce journal Jimbere est une solution pour les burundais qui sont toujours enveloppés dans des idées d’autrefois, croyant que l’innovation concerne seulement les hommes de couleur blanche, le commerce aux illettrés sans oublier tant de métiers longtemps assimilés au sexe masculin. Davantage, ce Journal Jimbere me parait comme une lampe allumée pour éclairer d’autres médiums afin qu’ils reviennent sur leur manière d’accomplir la mission d’éduquer, l’une des trois qu’ont les médias en général.

    Répondre

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

f6d9a846ca356cfd328b827a53fce320777777777777777777