C’est à Budapest (Hongrie) du 19 au 24 septembre qu’aura lieu la finale de la prestigieuse compétition mondiale des juniors (16 ans et moins), Fed Cup. Pour la première fois  dans cet événement mondial, le Burundi  sera représenté par trois jeunes filles : Sada, Aïsha et Hoziane. Leur parcours.

Sada Nahimana (16 ans), classée parmi les juniors tops 100 mondiaux (91e), elle a été  double championne d’Afrique des 14 ans et moins (en 2014 et en 2015).

Sada Nahimana © DR

Pour elle, le tennis est une affaire de famille.Une passion confraternelle : son grand-frère Hassan Ndayishimiye, aujourd’hui aux Etats-Unis, est le premier Burundais à avoir disputé les tournois juniors de grand schelem à Wimbledon, Roland Garros, ndlr. C’est à l’Entente Sportive (où son père travaillait comme coach), qu’elle fait ses premiers pas au tennis. A 5 ans déjà, elle maniait avec désinvolture la raquette. A 9 ans, ayant prouvé son talent sur les différents terrains, elle entre au Centre de tennis de Bujumbura.

En janvier 2014, elle remporte le simple et le double des Championnats de l’Afrique orientale, disputés à Dar-Es- Salam. Ce qui lui a conféré la première place dans sa catégorie (14 ans et moins) au niveau africain. Le 22 mars 2014, à Nairobi elle a confirmé son titre après un bon coup  de raquette au 37ème Championnat d’Afrique Junior, au point de devenir le numéro un africain, chez les juniors : « Réputée pour sa technique et son jeu tactique varié, la Burundaise est destinée à une meilleure carrière si elle garde la discipline », selon Assani Murisho, coach international.

Ce 7 septembre, elle a disputé  l’US Open 2017 et remporta tous  les matches de qualification mais sera battue par une ukrainienne au double. Elle évolue actuellement au centre d’entraînement de l’ITF de Casablanca (Maroc).


Aïsha Niyonkuru (15 ans). Comme Sada, sa complice de tous les temps lors des doubles, les premiers jalons au tennis sont à l’Entente Sportive de Bujumbura.

Aïsha Niyonkuru © Jimbere

Aïsha accompagnait ses deux sœurs tenniswomen qui ont marqué l’histoire de ce sport au Burundi : Aziza et Sakhina, (Aziza est actuellement aux Etats-Unis où il continue sa carrière conjointement aux études Universitaires, tandis que Sakhina, mariée et ayant arrêté le tennis, vit au Kenya, ndlr).

Aïsha est celle qui remporta deux médailles d’or (au simple et au double) au tournoi African Junior Circuit Kigali, en juillet 2014, avant de s’illustrer dans plusieurs compétitions sous régionales.

Aïsha Niyonkuru (au centre technique  de l’ITF de Nairobi) et Sada Nahimana ont remporté l’or et l’argent au championnat d’Afrique, tenu en mars 2014 en Tunisie, devenant ipso facto première et deuxième au niveau continental.

Hoziane Kitambala (14 ans)

«Mon grand-père avait vu juste: c’est lui qui a conseillé à ma mère de m’emmener pour la première fois au tennis ». De son Nyakabiga natal, elle se faisait taquiner comme «garçonnet » pour ses dribbles avec le ballon rond. Jusqu’à 10 ans, elle pratique le tennis et le foot en dehors de ses entraînements derrière le filet.

Hoziane Kitambala © Jimbere

A 10 ans, cette footballeuse-née abandonne le ballon rond, au grand dam de ses coéquipières de Nyakabiga et se convertit en tenniswoman. Depuis janvier elle dispute des rencontres pour perfectionner son jeu: elle a participé à l’East Africa circuits des 18 ans et moins pendant 3 semaines au Kenya. Elle a été au Championnat d’Afrique junior en Afrique du sud avant de démontrer son talent caché au Sourthern Tour (14 ans et moins) au Botswana, Namibie et  au Zimbabwe. Qualifiée pour la Fed Cup (fin mai dernier, en Tunisie), elle s’entraine au centre de l’ITF de Nairobi.

Son point fort, elle maîtrise la balle, plus technique, rapide aux attaques et déplacements. « Elle a besoin d’un meilleur management pour qu’elle aille loin », murmure Murisho, son coach.

 

A propos de l'auteur

Journaliste Sportif, Dessinateur de presse

Articles similaires

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

33c5a6227ad85298f7749b4734bba3e4[[[[[[[[[[[[[