Des réfugiés, le Burundi en a et en a eu depuis des décennies. C’est pour parer à leur difficile retour que l’Association des Femmes Rapatriées du Burundi, l’Afrabu, travaille depuis 2002.

Fouir son pays est un choix imposé par une situation donnée, avec des rêves brisés, l’abandon des siens, la perte des repères. Le retour devient alors un rêve, une envie qui démange et qui concrètement, et très souvent, se vit douloureusement. C’est dans l’optique de parier aux nombreuses misères du retour qu’a été créée il y a 16 ans l’Afrabu.

Rencontrée à son bureau, Marie Concessa Barubike, coordinatrice nationale de l’association semble être très prise. Une pile de dossiers sur sa table, elle murmure : «Donnez-moi dix minutes et je suis à vous ». 30 minutes plus tard, elle se détend finalement, essayant tant bien que mal de gérer le petit désordre dans son bureau, avant d’enchaîner: «Vous êtes sûrs d’avoir assez de temps ? Les missions, les réalisations, les objectifs de l’Afrabu, on en parlerait à longueur de la journée

Elle parvient à résumer : «L’Afrabu a été créée par 7 femmes rapatriées, en provenance des différents pays d’Afrique. Leur expérience des difficultés que vivent les rapatriés les ont poussées pour créer une association qui appuierait ces nombreuses femmes qui rentrent au pays sans soutien

L’Afrabu va alors débuter par des aides humanitaires, avant d’élargir son champ d’action en appuyant les femmes démobilisées. «Une femme qui a été sur le champ de bataille a plus que personne besoin d’appui, surtout psychologique, pour une bonne réintégration sociale», explique Mme Barubike. Depuis, l’Afrabu est actuellement implantée dans 12 provinces du pays dont Bujumbura Mairie, Bujumbura dite rural, Cibitoke, Bubanza, Rumonge, Gitega, Muyinga, Rutana, Ruyigi, Bururi, Makamba et Mwaro .

La femme et le leadership, un couple à appuyer

L’Afrabu est parmi les 8 organisations qui vont exécuter le projet « Soutenir les femmes leaders d’aujourd’hui et de demain pour faire avancer la paix au Burundi ». Son souhait : « Que le Burundi ait plus de leaders féminins, surtout avec les nouvelles générations, pour assurer la bonne succession des preneurs de décisions», conclut Marie Concessa.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

consectetur elit. sem, porta. mattis et, Aenean