Sur financement du Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix (UNPBF), l’ONG Search For Common Ground lançait ce mercredi 30 mai à Kirundo un ambitieux projet de préparation de la nouvelle génération de femmes leaders au Burundi.

La question de départ est simple, rappelée par Odette Habonimana, député de Rumonge : « Dans nos nombreuses rencontres avec la population à la base, chaque fois que nous appelons les femmes leaders dans les communautés pour des réunions ou des consultations, celles qui se présentent sont toutes d’un âge avancé. Quand nous ne serons plus là, qui assurera la relève ? »

C’est pour y répondre que la Search For Common Ground (SFCG) s’est lancée dans un ambitieux projet intitulé « Soutenir les femmes leaders d’aujourd’hui et de demain pour faire avancer la paix au Burundi ». Floride Ahitungiye, Directrice-pays de SFCG, rappelle le rôle central des femmes dans les communautés à la base, à la fois agents économiques et médiatrices dans les familles : « Il faut penser à la prochaine génération des femmes et filles leaders au Burundi. Ce sont elles qui cimentent la paix là où elles vivent. Pour avoir ces leaders, nous devons célébrer celles qui existent maintenant, et encadrer le potentiel de celles qui n’en sont pas conscientes ».

Vaste projet donc, étalé sur 18 mois et couvrant sept provinces du pays, la Mairie, Bujumbura, Bubanza, Kirundo, Makamba, Cibitoke, et Kayanza. Pour le réaliser, la SFCG s’est associé à plusieurs acteurs de la société civile intervenant dans les domaines de la jeunesse, de l’autonomisation des femmes ou médiatique (voir encadré).

Femmes et jeunes à l’honneur

Représentant le Gouvernement, le ministre Martin Nivyabandi (Droits de la Personne Humaine, Affaires Sociales et Genre) a rappelé que « l’histoire du Burundi montre que les femmes ont toujours été présentes sur tous les plans de la vie nationale. La colonisation et la religion chrétienne ont dilué ce rôle des Burundaises dans le récit national, bridant progressivement la confiance des femmes en elles-mêmes ».

Un projet fort à propos, pour le ministre Nivyabandi : « Il va renfoncer et nourrir les idées novatrices des femmes dans le pays, tout en participant à lutter contre les préjugés ».

Selon la SFCG, les bénéficiaires de ce projet sont notamment les femmes leaders déjà établies ou en devenir (plus de 35 ans), ainsi que les jeunes femmes qui pourraient jouer un rôle clé de leaders (18-35 ans), influentes, engagées ou intéressées par les efforts de consolidation de la paix et de cohésion sociale dans leurs communautés.

Le Magazine Jimbere accompagnera le projet comme partenaire médiatique, avec une série de douze numéros dédiés aux filles et femmes qui font avancer leurs communautés à travers le pays. Des débats seront organisés dans les écoles sur nos publications, en plus de l’écho sur les réseaux sociaux.

Les partenaires de SFCG dans ce projet sont regroupés selon les approches :
– en termes d’activités communautaires, on a l‘Association Dushirehamwe, l’Association des Femmes Rapatriées du Burundi (AFRABU), l’Association pour la Promotion de la Fille Burundaise (APFB), le Réseau des organisations des Jeunes en Action (REJA) et le Collectif pour la Promotion des Associations des Jeunes (CPAJ)
– pour la formation et la promotion des femmes journalistes, l’Association Burundaise des Femmes Journalistes (AFJO) travaillera avec le Studio Ijambo
– comme partenaires médiatiques dans la presse écrite, le journal Iwacu et le Magazine Jimbere

A propos de l'auteur

Journaliste, Coordinateur du Projet Jimbere

Roland Rugero est un journaliste et écrivain burundais né en 1986. Le métier de journalisme, il l’apprend avec le Groupe de presse Iwacu, dont il sera par ailleurs le webmaster éditorial de 2009 à 2014. Un temps chroniqueur de l’actualité politique burundaise, il dirige actuellement une équipe de jeunes journalistes burundais qui travaillent sur le premier magazine jeunesse au Burundi (www.jimbere.org). Il est également contributeur de World Policy Institute ainsi qu'à TakePart. Ancien du prestigieux programme international d’écriture à l'Université de l'Iowa (2013), médaille de bronze aux VIèmes Jeux de la Francophonie à Beyrouth en littérature, Roland Rugero a été cofondateur et animateur du salon littéraire Samandari, fondateur des prix littéraires Michel Kayoya (français) et Andika Prix ​​(anglais). Son deuxième roman "Baho!" Est devenu cette année le premier roman burundais à être traduit du français vers l'anglais.

Articles similaires

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

leo. elit. risus venenatis, vulputate, tempus eget non id