Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
KirundiFrenchEnglish
Gastronomie

« Ikizinu » va-t-il bientôt remplacer « Akabenzi » ?

Ce vendredi 20 septembre, une première séance de dégustation de brochettes, sambusas et pizzas, à base de champignons, a été organisée lors d’une soirée « VIP » au Cercle de la Paix (ex Cercle Nautique) … Une réussite, selon les invités.

Du nouveau à Bujumbura, du moins publiquement : consommer les plats à base de champignons (ibizinu). Cette première dégustation a été un succès pour les organisateurs et une surprise pour les consommateurs : « Lors de la saison pluviale, nous aimons trouver des champignons entassés derrière la maison et les coupions, pour question de propreté. Aujourd’hui, je réalise le nombre de brochettes et de pizzas que j’ai dû jeter par la fenêtre », a soufflé l’un des dégustateurs, entre deux hoquets dénonçant la gourmandise.

Envoûtés ou séduits ? La pizza aux autres milles suppléments a semblé gagner plus de partisans : « Enfin j’aurai une autre commande à passer. Je n’en pouvais plus commander les mêmes pizzas à chaque sortie », a lâché avec satisfaction un autre dégustateur. Mais la pizza n’a été la seule à glaner de succès : « Je ne pensais pas que la brochette de champignons avait le même goût que la viande de chèvre », a lâché avec sourire, un troisième dégustateur approché.

Faire déguster et aimer les produits locaux

La soirée organisée par la Sovert, spécialisée dans la culture de champignons, en partenariat avec Come and See Burundi, son directeur, Lambert Kubwimana, a précisé l’ambition de la société : « Notre objectif est de montrer aux Burundais que les mets étrangers que nous consommons peuvent également être préparés à base de nos produits locaux. Nous ne nous limiterons donc pas qu’aux champignons, mais toucherons également d’autres cultures domestiques ».

Le ministre en charge de l’Agriculture, Dr Déo Guide Rurema, l’invité de marque, dans son allocution, a couvert de fleurs l’initiative, avant de promettre du soutien au projet agro-écologique. 

Peut-on s’attendre à ce que les plats des champignons séduisent les Bujumburois comme « Akabenzi », très prisé ces derniers temps dans les bistros des quartiers populaires de la capitale ? Pour l’instant, les bistrots de la colline Kibimba, à Giheta, ont commencé à remplacer les brochettes de chèvres par ceux de champignons.

Article rédigé par Niyo Pe Ngendakumana dans le cadre du stage au sein du Magazine Jimbere comme un ancien du programme « Enfants journalistes » de l’UNICEF Burundi.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
venenatis, elit. sem, quis velit, justo at