Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
KirundiFrenchEnglish
Femmes Leaders

« Être activiste n’est pas un choix mais un destin »

Écrivaine et fondatrice d’Ubuntu Consulting, Lætitia-Hellerud Mizero, a presque tout vu. La vie de cette Burundo-américaine n’a pas été toujours en rose. De l’injustice sociale à la vie d’errance, elle nous parle de son expérience et son activisme pour la défense des droits des réfugiés.

La vie qu’elle a menée est l’essence de son combat pour les droits des minorités et surtout des réfugiées aux USA. Dans ses différentes conférences partout dans le monde, dans ses deux livres presque autobiographiques et même dans la philosophie du centre Ubuntu, le combat de Lætitia-Hellerud Mizero est d’offrir aux autres ce que le monde ne lui a pas donné: l’amour.

Aujourd’hui, dans le Dakota du Nord, son pays d’accueil, elle impacte « où qu’elle passe et elle inspire par son amour», dira Hazemann, le responsable de Rural Minessota Concentrated Employment Program, client d’Ubuntu Consulting.

Des racines douloureuses

Née à l’époque où l’éthnisme battait son plein au Burundi, Laetitia a connu une enfance perturbée. D’abord, celle que l’on peut appeler «métisse noire », est le fruit d’un amour des parents de deux ethnies différentes (Hutu et Tutsi).

Cette double appartenance ethnique lui a valu une vie d’errance dès son jeune âge. Son périple commence quand elle a 4 ans et  fait expérience de son premier exil en 1973, elle, sa mère, son grand-frère et sa petite sœur: « Nous sommes partis à pied au Rwanda sans savoir ce qui nous attendait outre-Kanyaru. La peine que ma mère a eu pour nous transporter, surtout moi et ma petite sœur qui ne pouvions pas marcher sur des longues distances, m’a fait comprendre que la vie allait être différente de celle que nous avions dans notre Ngagara natal », laisse-t-elle entendre, après un long soupir.

Sans ressource et sans famille, sous l’égide d’une mère analphabète, toute la famille désirait rejoindre le père qui étudiait l’architecture plastique en France, à cette époque.

Et le malheur ne vient pas seul… son grand frère a eu un accident de voiture. Dans leur désespoir total, le mari de la conductrice, haut dignitaire rwandais, leur aida à trouver auprès de l’ambassade du Burundi les papiers pour rejoindre le père en France.

La traversée du désert

Craignant pour sa sécurité, après les études en France en 1976, le père décide d’installer la famille au Rwanda. Malgré les multiples similarités cultures  de la société burundaise et celle rwandaise,  Lætitia sentait le vide et la nostalgie de son Burundi natal. «Le mot kwa murundi (chez le Burundais) pour designer notre habitation nous rappelait que notre place était ailleurs et que nous n’étions pas les bienvenues dans ce  pays d’accueil ».

Ils vivent au Rwanda jusqu’en 1979 avant de retourner au bercail. «Home sweet home », mais pour combien de temps ? Comme si son périple ne faisait que commencer, la guerre civile éclate après l’assassinat du président Ndadaye et cette fille de feu Pierre-Claver Sendegeya, candidat à la présidence en 1993 est encore une fois contrait à l’exil.
Elle s’installe pour quelque temps dans un camp des réfugiés au Burkina Faso en 1996, pour enfin atterrir aux États-Unis, en 1998.

Ce qui ne te tue pas…

Qui bon y va, mauvais en revient…«En France, j’ai appris de la société ce qu’est le racisme… moi, mon grand frère et ma sœur, seuls enfants de couleurs à notre école et dans l’entourage, nous étions vus comme de brebis galeuses », se rappelle-t-elle.

«Ce qui ne tue pas rend fort». De l’exil, de la vie dure, de l’injustice sociale, elle fonde le centre Ubuntu Consulting pour aider l’intégration des réfugiés et lutter pour leurs droits. « Elle dégage la noblesse d’une personne qui a souffert avec une grâce infinie, émergeant du creuset plus forte et meilleure. Sa vie est un testament à son nom, Lætitia, qui signifie une joie sublime », la décrit Area Woman Magazine.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
accumsan dictum Donec libero quis, dolor. non consequat. luctus eleifend at Curabitur