Consolidée par ses 20 ans d’existence, l’Association des Femmes Journalistes du Burundi est l’une des partenaires de Search For Common Ground sur son nouveau projet. Quoiqu’elle soit entièrement féminine, des hommes se sont joints à la cause de cette association. Désiré Ndaziza, son secrétaire exécutif nous parle de cette aventure.

C’est dans une ambiance conviviale que nous avons retrouvés les femmes journalistes membres de l’AFJO. Une trentaine d’entre elles suivent une formation sur l’élaboration, gestion et suivi des projets à la maison de la presse, qui abrite d’ailleurs leurs bureaux. Des groupes sont formés pour discuter sur la thématique du jour. Après la pause, une mise en commun sera l’étape suivante.

Partenaire de longue date de SFCG notamment sur le rôle de la femme dans les médias, la production mutuelle d’émission, l’AFJO se dit prête à collaborer avec son partenaire : «Nous allons élaborer avec la SFCG les modalités de collaboration avec les responsables des médias qui travailleront sur ce projet dans le but de mieux souligner les objectifs et les atteindre», livre Désiré Ndanziza. Un atelier visant cet aspect s’étant tenu entre le SFCG et les responsables des médias le 28 juin dernier à la Maison de la Presse.

Selon M. Ndanziza, cet échange permettra de regrouper les journalistes qui travailleront sur ledit projet afin de leur donner des formations leur permettant de mieux s’y atteler. «Cette formation visera entre autre à prioriser l’équité dans différents émissions et articles qui seront produits et aussi à promouvoir le common ground».

L’AFJO à travers son secrétaire exécutif espère que ce nouveau projet renforcera la capacité et le savoirs des journalistes dans leurs métiers. Elle s’attend à plus de productions médiatiques de qualité respectant l’éthique et se focalisant surtout sur le leadership féminin : «Ce qui propulsera les femmes leaders dans les médias et dans d’autres domaines

C’est en février 1997 que l’AFJO voit le jour. « Les femmes journalistes ont opté pour une association afin de promouvoir leurs droits dans le métier via les différents canaux d’information, entre autres la radio, la télévision et la presse écrite», rappelle Désiré Ndanziza. A part la production d’émissions visant la promotion de la Burundaise en général et de la femme journaliste en particulier, cette association s’est toujours employée à dispenser des formations à l’endroit des femmes journalistes sur le développement, l’équité, la production d’émissions et d’articles visant la promotion des droits l’Homme et ceux des femmes en particulier. L’AFJO s’emploie également à collaborer avec d’autres associations œuvrant pour la promotion de la femme burundaise et d’autres associations des journalistes de la sous-région pour bien mener sa mission.

Dans sa vision, AFJO œuvre pour « une société dans laquelle la femme jouit pleinement des droits sociaux, culturels, économiques et politiques ». Un cheminement qu’elle emprunte en se basant sur l’éthique journalistique comme boussole.

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sem, Sed sit ipsum lectus suscipit fringilla Phasellus Aenean mattis