Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
Kirundi French English
Basketball

Basketball, le corps arbitral : « Plus de sifflet avant les prochaines élections à la Febabu »

L’une des salles du Journal Ndongozi abritait ce jeudi 5 mars l’Assemblée générale constituante de l’Association Nationale des Arbitres de Basketball du Burundi (ANAB). Elle est nouvelle. Créée notamment pour la « défense des intérêts des arbitres et la valorisation de leur profession.»

Au programme : structurer et ratifier les Statuts et le Règlement d’Ordre Intérieur de l’association au moment où sont prévus les élections des instances dirigeantes de la Febabu malgré les querelles intestines au sein de la fédération

Pour lever toute équivoque les initiateurs de l’ANAB clarifient leur position : « Notre association ne souhaite pas du tout engager un bras de fer avec la Febabu. Au contraire, notre action est centrée sur la promotion de l’arbitrage, la professionnalisation du métier et l’unité des arbitres dans l’objectif général de porter le basketball burundais à un niveau supérieur », indique Augustin Ndayitwayeko (« Mangope »), au poste de conseiller au sein de l’ANAB.

Ainsi, l’ANAB se veut neutre dans les conflits qui gangrènent la fédération, comme l’explique Franck Bujeje, nouvellement élu pour présider son Comité exécutif. « Même si ces conflits engagent au premier plan le corps arbitral. De notre côté, nous prônons la neutralité. Il a donc été décidé qu’avant les élections de mars, les arbitres ne pourront prester que dans des tournois organisés par le CNO, le ministère, ou toute autre institution, autre que la Febabu ou l’ACBAB. »

La fin des récurrentes crises dans le basketball burundais ?

Pour rappel, au mois de mai 2019, quatre arbitres seniors avaient été suspendus par l’ACBAB (Association de Basketball Amateur de Bujumbura) pour avoir piloté un mouvement de grève dû aux frais de prestations non payés. La décision sera annulée par la Febabu. 6 mois plus tard, le club Les Gazelles sera suspendu du tournoi de la zone 5 en Tanzanie, pour avoir participé sans arbitre international.

Ce sont tous ces litiges que l’ANAB pourra résoudre d’autant plus qu’une bonne organisation interne sera l’un des maître-mots de l’association, ajoute Franck Bujeje. « Jusqu’alors, c’était la fédération qui choisissait ceux qui prestent aux matchs et éventuellement ceux qui sortent pour les matchs internationaux. Dorénavant, c’est notre structure qui va s’en charger. Bien plus, en cas de mésententes, c’est facile pour une association de trouver des solutions, dans la sérénité ».

De son coté, Christian Manirakiza, Commissaire à la Fiba (Fédération Internationale de Basketball), et ancien arbitre international, conseille aux jeunes arbitres de se fixer des objectifs, et de travailler dur pour les atteindre. « Nous n’avons qu’un seul arbitre international actif. Les jeunes ont besoin de plus de formations et d’assistances. Pour y arriver, nous autres seniors, allons devoir épauler les moins expérimentés et former un corps bien soudé. »

A la fin, ce ténor de l’arbitrage burundais a déclaré que le Burundi abritera prochainement une formation des arbitres sur différents échelons, ce qui permettra aux jeunes de rehausser leur niveau.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
elit. consequat. commodo facilisis eleifend Donec Praesent leo. dictum suscipit risus.