Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
FrenchEnglish
Kirundi
Sports

Le Burundi aux 43èmes Olympiades d’échecs, les joueurs promettent le succès

Du 24 septembre au 5 octobre se tiendront à Batoumi en Géorgie (Europe de l’Est), les 43ème Olympiades d’échecs, auxquelles participe le Burundi parmi 185 autres nations. 7 joueurs dont 3 filles ont pris le vol samedi 22 septembre, avec un objectif précis: s’inscrire dans la cours des grands au jeu d’échecs…

Le pari tient à cœur Wilfried Ntamatungiro, le champion national d’échecs. Tôt le matin de ce vendredi 21 septembre, on le retrouve en train de jouer aux échecs, son « petit-déjeuner ». Un jeu devenu depuis plus de 8 ans sa passion, son loisir, son passe-temps, et à la longue, le régulateur de sa vie: « Les échecs sont plus qu’un jeu. Quand on s’y accroche, il y’a beaucoup de chose qu’on développe dont la réflexion, la patience, le fair-play, la gestion du temps, bref, tous ce dont l’être humain use au quotidien. »

Joueurs d’échecs burundais

Les Olympiades qui se tiennent tous les deux ans est, comme le précise Wilfried, « une compétition très bénéfique. Nous allons affronter les professionnels de ce jeu. Tous ces centaines de joueurs sont les meilleurs dans leurs pays respectifs et seront là pour décrocher une bonne place ».
Ses coéquipiers ont été tries sur le volet, parmi les meilleurs du Burundi à l’issue du « Tournoi de l’Indépendance » organisé par la Fédération des jeux d’Échecs au Burundi (Fechebu) qui compte 3 associations, à Bujumbura, Gitega et Ngozi. Celle de Bujumbura, la plus active avec notamment ses sessions d’entraînement à l’Institut Français du Burundi les vendredi et samedi de 15h à 18h, affiche six équipes: Iscam, Kinindo, Musaga, Ngagara, Nyakabiga et Rohero.

A Batoumi, 11 rounds seront joués suivant les performances, et le pays qui aura gagné le plus de matchs remportera le tournoi. Le Burundi étant à la 180ème place sur les 185 pays inscrits, le challenge qu’ont ses ambassadeurs est de rehausser de façon remarquable le niveau de classement du pays . Wilfried et ses amis rêvent grand: « Avec cette compétition, je vise le « Candidat Maitre », grade honorable que je porterais même après la mort, qui me donnera le titre de grand maître international », confie le champion avec un air déterminé.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
eleifend Lorem tristique fringilla velit, justo