Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
KirundiFrenchEnglish
Santé

Choléra: en moyenne, 5 contaminations par jour à Bujumbura. Le maire prend des mesures conséquentes

Selon le Ministère de la Santé publique et de Lutte contre le Sida, la capitale économique enregistre 126 cas de contamination en moins d’un mois. Au niveau de la mairie, des précautions pour contrer la propagation de cette épidémie viennent d’être mises en place, comme prescrit dans un communiqué sorti ce lundi 5 août.

©Jimbere | Dans un de ces restaurants de fortune de Bujumbura

Les localités dans lesquelles la maladie tend à camper, d’après le ministère, sont entre autres les communes Kanyosha au sud de la capitale, Buyenzi au centre, Cibitoke et Buterere à l’ouest. Pour ce, le Maire de la ville, Freddy Mbonimpa, a décidé de suspendre les petits bars-restaurants « Mama nitiliye » se trouvant dans les marchés et à leurs alentours, au niveau des parkings des transports en commun, au bord des routes, et au bord des caniveaux d’écoulement. Il a également suspendu le commerce ambulant de la nourriture dans des casseroles, et a interpellé les citadins à ne plus utiliser l’eau des rivières.

Concernée par la décision du maire, Marguerite Ndayizeye, une marchande ambulante de la nourriture au marché de Ruvumera dans la commune de Buyenzi déplore la mesure : « Je prends soins de préparer ce que je vends avec le plus d’hygiène possible. Je ne pense pas que nous, qui faisions ce business, sommes la cause du choléra. A mon avis, la priorité est de propager l’eau potable dans tous les quartiers et de contraindre tous les ménages de disposer des latrines bien entretenues ».

Pour rappel, le choléra avait été déclaré « épidémie » juin dernier après que 25 cas aient été enregistrés endéans deux semaines, 15 patients dans la commune de Rugombo (province Cibitoke, nord-ouest du pays), et 10, signalés à Busoro dans la commune Kanyosha. En cause, « cette endémie provient des eaux qui se versent dans la rivière Rusizi et dans le Lac Tanganyika, qui présentent des vibrions de choléra d’où une forte alerte dans toute la plaine de l’Imbo », déclarait le ministre en charge de la santé publique, Thaddée Ndikumana, en conférence de presse le 18 juin.
Et d’interpeller la population d’être vigilant quant à l’usage de l’eau propre, et le respect des 10 commandements de l’hygiène.

Actuellement, seul l’hôpital Prince Régent Charles est apprêté pour accueillir et traiter les contaminés de la maladie. Pour plus de vigilance, le Ministère informe au public d’appeler au 113, un numéro vert, afin d’informer toute cas suspect de la maladie.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
adipiscing id ipsum et, libero mattis