Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
FrenchEnglish
Kirundi
Ils nous inspirent

Christine Ntahe, la voix des sans voix

Journaliste, humaniste, écrivaine, c’est par le micro, l’empathie et la plume de Christine Ntahe qu’on découvre les voix et les visages des héroïnes non-chantées de la paix au Burundi, que les enfants exilés retrouvent leurs parents dont ils ont été séparés par la crise de 1993 et que ceux de la rue entrevoient le chemin de l’école.

Maman Christine partage chaque dimanche, depuis des années, des repas avec les enfants en situation de rue à son domicile à Ngagara. Ce qui lui a valu le surnom de « Maman Dimanche ». À travers son association « Bon Geste » et avec la complicité d’autres âmes charitables, elle nourrit 200 enfants et a déjà octroyé du matériel scolaire à 600 enfants dont certains ont déjà leurs diplômes en mains.

Pour combler le fossé entre les enfants bien vitaminés et ceux locataires des caniveaux, elle invite ces derniers dans l’émission Tuganirize Ibibondo – Dialoguons avec les enfants. Le casque autour de la tête, les mayibobo vont découvrir la magie des ondes. Ils répondent aux appels, causent et chantent avec les gosses des quartiers huppés et ceux de la diaspora. Ces nouveaux amis sautent la frontière sociale et leurs amènent même des cadeaux.

Pilier

Tels des poussins égarés, cherchant leur maman poule, les enfants exilés des camps des réfugiés des pays voisins mettront leurs cris de détresse entre les mains de Christine. Ils lui envoient des lettres qu’elle lit dans l’émission et envoie à la BBC pour porter plus loin l’alerte. Des années plus tard, Christine se surprend avec des enfants, en mode plus âgé, qui se jettent dans ses bras, les larmes aux yeux et lâchant un « J’ai retrouvé mes parents ».

Depuis décembre 1999, Christine va s’engager auprès de l’ONG américaine Search for Common Ground pendant dix ans. Elle y produit une émission radiophonique intitulée Mukenyezi nturambirwe – Femme garde le courage. Ce parcours lui fait découvrir des femmes qui, sans armes ni armure, ont tiré le Burundi du chantier de haine après l’assassinat de Président Melchior Ndadaye.

À 70 ans, Christine vient de publier un recueil de 136 pages qui met en lumière les témoignages de ces pionnières inconnues de la paix au Burundi: « Elles, un hommage aux oubliées ».

Bio express

Christine Ntahe est née en 1949, en commune Mukike de la province Bujumbura. Ancienne élève de l’École Ménagère de Kiganda, Christine se perfectionne par la suite en journalisme à travers des stages professionnels en Belgique, Côte d’Ivoire, Allemagne, Canada, France et au Cameroun. Elle passe 30 ans à la Radio Télévision Nationale du Burundi, dont vingt ans à animer l’émission des enfants. Elle travaillera ensuite pendant 10 ans à Search for Common Ground et prend sa retraite le 1er février 2010. Christine Ntahe est couronnée de nombreux prix. Entre autres, elle fut nominée une des 1000 femmes de Paix dans le monde par l’association 1000 Peace Women around the world (Suisse). En 2014, le Président de la République lui décerne le certificat de l’ordre de l’amitié des peuples. Elle reçoit également un prix de « Femme de Courage » en 2013 octroyé par l’ambassade des États-Unis du Burundi. Christine est surtout auteure d’une œuvre déjà importante: « Elles. Un hommage aux oubliées ».

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
Phasellus suscipit neque. tristique commodo fringilla amet, quis