Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
Kirundi French English
Un peu d'Histoire...

Burundi : comprendre l’occupation allemande en 6 points

De 1896 jusqu’en 1916, le Burundi était colonisé par les Allemands. Au sortir de ces 20 ans d’occupation, le pays aura été profondément transformé. Voici les 6 choses à retenir de cette époque.

1. La conférence de Berlin

C’est pratiquement  la conférence de Berlin de 1885, formalisant la division et le partage de l’Afrique qui aboutira un peu plus tard à l’occupation du Burundi, du Tanganyika et d’autres pays africains comme le Cameroun, le Togo et la Namibie pendant une vingtaine d’année. Après une farouche résistance qui aura permis de repousser les envahisseurs, notamment l’esclavagiste Mohammed Ben Khalfan ( plus connu sous le nom de Rumaliza), les Abadasigana (armée de Mwezi Gisabo) plient sous le crépitement d’armes à feu des Allemands. 

2. 50 roupies pour transférer la capitale de Kajaga à Gitega

Dès 1896, le Burundi tombe sous le joug du protectorat de l’Afrique Orientale Allemande couvrant plus de 994.000 km2 avec plus de 7.650.000 habitants dont 5336 européens (recensement de 1913). De 1882 à 1896 l’Urundi est intégré au district Tanganyika-Kivu avec Ujiji comme chef-lieu. Ce poste fut déplacé à Usumbura et le Ruanda-Urundi formèrent un district à part dont Usumbura est la capitale. Un poste allemand est fondé à Kajaga, un coin inhospitalier situé sur les rives du lac Tanganyika où pullulent beaucoup d’insectes nuisibles. C’est cette inhospitalité qui obligea les Allemands à transférer  la capitale vers « Kitega » contre 50 roupies données au roi Mutaga IV Mbikije.

3. Un tribut de 80 vaches pour avoir résister à Von Bethe

Vaincus mais pas résignés, certains Burundais vont se soulever.  L’occupant a du mal à asseoir son pouvoir au Burundi. Plusieurs résistances nationalistes vont donc éclater. On retiendra, entre autres, celle de Mugongo conduit par Ntarugera, fils de Mwezi Gisabo, contre le capitaine Von Bethe ayant fait 130 morts et coûté à ce chef un tribut de 80 vaches. Une attaque est restée gravée dans la mémoire des Burundais : celle de mai 1899 contre une caravane se rendant à la mission de Mugera. Suite à cette attaque sanglante, les Allemands vont entreprendre une expédition punitive contre Mwezi Gisabo. Son enclos de Ndago fut brûlé.

C’est le capitaine Von Bering qui viendra à bout de la résistance de Mwezi Gisabo. Il parvient à le déloger de ses capitales et l’oblige à s’enfouir vers le sud à Burunga. Le roi sera contraint d’accepter de négocier, ce qui aboutira le 06 juin au Traité de Kiganda. D’autres résistances seront tuées dans l’œuf à l’instar de celle conduite par le chef Muzazi qui avait réussi à incendier la mission de Muyaga.

4. Perte de la souveraineté : un drapeau allemand remis à Mwezi Gisabo

 Le roi Mwezi Gisabo, vieux et usé par la dissidence (notamment de Kirima et Maconco) finit par se soumettre aux Allemands. Cette soumission est matérialisée par la remise du drapeau allemand et une lettre de protectorat au roi, mais aussi par le partage du royaume :  Kirima reçoit Bukeye, et Maconco, Muramvya. Même si Mwezi Gisabo est consacré souverain suprême du pays, cette soumission marque la fin de la souveraineté du royaume.
Les Allemands vont pousser l’outrecuidance plus loin, et exiger de Mwezi Gisabo une amende de 424 vaches en guise de réparation. Il s’engage, en plus, à ne plus troubler les actions de la mission de Mugera et à fournir gratuitement des travailleurs pour la construction de la route Muyaga-Usumbura.

5. L’unification et le ‘’Divide et impera’’  

En 1906, l’Urundi et le Rwanda furent divisés en deux entités administratives distinctes. Un nouveau résidant fut affecté au Burundi en remplacement de Von Bering, en la personne de Von Grawert qui eut pour mission d’unifier le Burundi. Les chefs qui continuaient de livrer des représailles à l’occupant allemand vont être matés.
Les rivaux du roi furent aussi combattus. Maconco fut tué aux environs d’Usumbura.
Quant à Kirima, il sera déporté à New Langeberg (Malawi) en 1906 après que sa capitale Munanira fut attaquée et brûlée. « Le but tant rêvé de constituer l’unité du royaume était atteint », écrit Jean Pierre Chrétien. Mais le roi ne va pas profiter des fruits de l’unification de son royaume car il meurt le 21 août 1908 à Buhonga. Après l’unification du royaume sous le règne de Mwezi Gisabo s’en suivra la politique de ‘’Divide et impera’’ (diviser pour régner) pilotée par le Gouverneur Von Rechemberg sous le règne de Mutaga Mbikije.

6. La roupie et le Heller n’ont pas tué le troc

La route Muyaga-Usumbura, tel que stipulé dans le Traité de Kiganda évoqué plus haut, fut construite. On peut aussi noter la modernisation de Gitega avec des infrastructures publiques comme le fort allemand de Gitega aujourd’hui transformé en prison centrale.
Jusqu’en 1915, 70 écoles étaient déjà créées dont la plupart étaient des catéchuménats.
En 1909 une école fut créée à Usumbura et une autre pour les enfants des chefs et des sous-chefs à ‘’Kitega’’. Un bateau à vapeur, le  Hedwig Von Wissmann qui prendra plus tard le nom de Liemba fut construit en 1913.
Il reliait une fois par semaine les ports de Kigoma et d’Usumbura. C’est également sous l’occupation allemande que deux monnaies furent introduites, la roupie et le Heller, sans pour autant parvenir à éradiquer le troc qui était le mode d’échange traditionnel.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
lectus quis non adipiscing ut vel, ultricies ut accumsan dolor