Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
Kirundi French English
Education

L’Université du Lac Tanganyika remporte le débat sur les droits de la femme

Ce samedi 02 mai, Jamaa a.s.b.l clôturait son programme promotionnel pour le respect et la défense des droits de la femme. Les festivités ont été marquées par la remise des prix aux premières universités dans le concours de débat sur les droits de la femme.

Pour la première place, l’Université du Lac Tanganyika a reçu une coupe et une enveloppe de 700.000 FBu, L’Université Lumière, 2ème, a eu une coupe et une somme de 400.000 FBu et la 3ème place est revenue à l’Université Espoir d’Afrique qui a empoché une somme de 100.000 FBu.

Les membres de l’équipe de l’université Lumière qui a remporté la deuxième place

Le concours d’éloquence interuniversitaire était un des volets du programme promotionnel pour le respect et la défense des droits de la femme de Jamaa a.s.b.l appuyé par l’ambassade de France au Burundi.

Une campagne qui avait une double finalité ː d’une part développer une réflexion sur la promotion et la défense des droits de la femme dans la société burundaise et d’autre part renforcer les droits à la protection des femmes et améliorer leur statut social et culturel. Pour cela, des ateliers de formations et de débat ont été organisés.

Un avant-goût de pas moins de 7 conférences axées sur le rôle de la femme instruite actrice dans la promotion des droits de la femme ont été animées. La caravane qui est arrivée dans 12 universités a atteint plus de 1500 étudiants, un vrai succès selon Camille Ndahiro. Même si « on regrette la non-participation de l’Université du Burundi au concours ».

Débattre pour et par la femme

De quels droits s’agit-il quand on parle des droits de la femme ? A qui le rôle de les défendre ? Quelle est la part de l’homme ? Qu’en est-il de l’héritage culturel ? Les femmes burundaises sont-elles conscientes de leurs droits ? Autant de questions ont fusé lors des débats très animés, questionnant le statu quo.

Presque toutes les universités avaient aligné des équipes à majorité féminines. Dative Uwimana, débatteuse de l’Université Lumière est contente de la plus-value gagnée avec ce concours: « Les débats nous ont beaucoup enrichis. Nous irons prouver dans la communauté que la femme est vraiment capable, qu’elle a son mot à dire dans la gestion de la cité. Elle doit être aux premières loges autant que les hommes dans le développement du pays ». Laly Benitha Sangano de l’ULBU confirme, elle, que « l’heure est arrivée pour dire stop à toutes les constructions sexistes héritées de la culture ».

Dushime Elsa Edna, étudiante à B.I.U primée meilleure débatteuse du concours

S’émanciper entre femmes, c’est aussi se soutenir mutuellement, a retenu Dushime Edna Elsa étudiante à Bujumbura International University primée meilleure débatteuse et qui a choisi de partager l’enveloppe de 150.000 Fbu avec Nishimwe Olga Serena de l’université des Grands Lacs.

Pour Lyca Linca Mugisha de l’université du Lac Tanganyika, la complémentarité entre les sexes doit être le mot d’ordre ː « Nous sommes beaucoup plus forts quand nous nous tournons les uns vers les autres ».

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
sem, tristique elementum ut luctus Donec nec libero. Donec dolor