Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
FrenchEnglish
Kirundi
Education

Concours national 2019: des réformes pour contrer les cas de tricherie, et offrir une seconde chance à ceux qui ont échoué

93.472 élèves régulièrement inscrits au cours et issus de 2.566 établissements avec plus ou moins 11.000 autodidactes qui ont échoué au cours des années scolaires 2016-2017 et 2017-2018 et répartis dans 958 centres, surveillés par 3752 enseignants… Voilà le topo de l’édition 2019 du Concours National, qui présente quelques reformes

Vers la fin de chaque année scolaire, les élèves finalistes du cycle fondamental passent un concours leur donnant accès au cycle post fondamental. La passation de l’édition 2019 a été lancée officiellement à Buganda, en province Cibitoke par Dr Janvière Ndirahisha, la ministre en charge de l’Education. Cette épreuve qui ira du 11 au 13 juin 2019 comporte des réformes: «Contrairement aux années antérieures, le ministère de l’Education a permis, dans son ordonnance ministérielle du 15 mai 2019, aux lauréats au concours de 2016-2017 et 2017-2018 qui ont échoué de repasser à titre d’autodidacte. En tout 11.000 jeunes se sont faits enregistrer dans les centres de passation de leurs anciennes écoles » explique Déogratias Ninyibuka, président de la Commission d’organisation, de la passation, de la correction et de la publication des résultats édition 2019.

Inquiétude que les résultats de ces redoublants influenceraient le classement des écoles dans la réussite? Patrice Tuhabonyimana, DPE Bujumbura Mairie, tranquillise les directeurs des écoles: « Vu que le concours national fera office de points du troisième trimestre, les autodidactes ne feront point objet de classement dans n’importe quel établissement » éclaircit-il.
Quant aux cas de tricheries qui s’observent souvent au niveau des centres de passation, «
le circulaire du ministère de l’Education précise la stratégie adoptée pour éradiquer le phénomène. Les superviseurs communaux et les présidents des centres sont en provenance d’une DPE provinciale autre que celles d’affectation», explique Déogratias Ninyibuka.

Le premier jours sans incident alarmant

Hormis quelques irrégularités légères, aucun incident significatif n’ a été relevé « à part une tricherie qui sort un peu d’ordinaire où un élève s’est corrigé juste après l’ épreuve, l’incident qui mérite d’ être soulevé est l’insuffisance des copies d’examen dans certains centres de passation. Pour y remédier, la commission propose aux présidents des centres de détacher les feuilles roses des blanches pour que tous les élèves soient servis. Lors de la publication des points, la commission enverra des photocopies à ces derniers », explique le président de la commission.

Quant à l’évaluation, « nous avons eu la chance d’épuiser le programme. Du coup, elle était rationnelle et en accord avec les matières vues en classe» atteste Akimana Liesse Milka, lauréate de la CEPBU. Sur l’appréciation de la première journée de l’évaluation, le président de la commission et le DPE de Bujumbura Mairie affirment « être satisfaits du début, et confiants sur le reste de la session. »

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
at ante. ultricies venenatis, accumsan efficitur. ut elit. Nullam