Jimbere

Kirundi French English
Publi-Reportage

DUKURIRE HAMWE : un plaidoyer pour une bonne contribution des OSCs dans les politiques publiques

Du 28 au 30 septembre 2021 au restaurant « la Détente », les organisations burundaises de la société civile burundaise œuvrant dans 6 secteurs du pays ont organisé un atelier en collaboration avec le consortium CARE International Burundi, REJA et Action Aid appuyé par l’Union Européenne dans le but de présenter leurs plans de plaidoyer auprès des différents acteurs du développement dont les ministères sectoriels et services techniques sectoriels

Initié en février 2020 par le consortium CARE International Burundi, REJA et Action Aid avec l’appui l’Union Européenne, le programme  Dukurire Hamwe à travers  son projet de renforcement des OSCs  pour accroître leur contribution à la gouvernance et au développement socio-économique touche 6 secteurs prioritaires à savoir l’Education, la Protection et la Lutte contre les Violences Basées sur le Genre, l’Emploi et l’Entrepreneuriat des jeunes et des femmes, les Changements Climatiques et l’Environnement, l’Agriculture et le secteur de la santé. Le projet vise le renforcement des organisations locales pour accroître leur contribution au processus de gouvernance et au développement économique.

Dans cette optique, les représentants des 146  organisations de la société civile oeuvrant dans au moins 3 provinces ou pluri-provinciales opérant dans les six secteurs haut-cités, avaient été renforcées lors d’un atelier organisé du 5 au 8 juillet 2021 et du 19 au 22 juillet 2021 à Tiger’s Hotel en Mairie de Bujumbura. Ces formations avaient pour finalité le renforcement des capacités sur l’analyse des politiques publiques sectorielle et à l’issu duquel les OSC bénéficiaires devraient dresser des plans de plaidoyer sectoriels.

Ainsi, un atelier de trois jours (du 28 au 30 septembre 2021) a été organisé  au restaurant « la Détente » où les facilitateurs de chaque secteur ont pu exposer leurs plans de plaidoyer selon le secteur représenté.

A chaque secteur, ses défis à résoudre

Hakizimana Méthode de l’organisation IPEV dans sa présentation du plan de plaidoyer du secteur de l’agriculture a précisé que 93% de la population vit de l’agriculture tandis que le secteur agricole contribue  36,9% au PIB et offre 95% de l’offre alimentaire. Pour autant, n’empêche pas que 72% de la population Burundaise de souffrir toujours de l’insécurité alimentaire et que 63% de cette population souffre aussi de la sous-alimentation chronique. Les causes de ces défaillances se cadrent  dans le faible subventionnement en matériel agricole, le cheptel pas trop abondant dans les ménages des agriculteurs, la rareté des terres cultivables, faibles disponibilité des semences de bonne qualité.

 « Le Burundi est classé à l’avant-dernier position en Afrique sur le plan de la sécurité alimentaire et de la nutrition (IFPRI, 2015: UA. 2016) alors qu’il se manifeste une forte dépendance de la population de l’agriculture » avait précisé Méthode Hakizimana. Ce plaidoyer aura pour mission principale d’inciter les décideurs de répondre à ces questions ci-haut citées.

Quant au secteur santé, les principaux objectifs du plan de plaidoyer sont la réduction du taux de mortalité maternelle, néonatale infantile et  infanto-juvénile, la réduction de la charge morbi-mortalité liée à la maladie mentale et la prise en charge des personnes âgées

Les OSCs du secteur de l’éducation se sont concentrées sur l’accroissement interne pour l’amélioration des conditions d’apprentissage, la mise en place  d’un mécanisme pour l’éducation équitable et l’introduction du temps scolaire de 950 heures pour le cycle 3 et 855 heures pour le cycle 1 et 2 sur une année de 38 semaines.

Pour Mélanie Nakubu, le plan de plaidoyer du secteur protection sociale et lutte contre les violences basées sur le genre va s’articuler sur trois objectifs qui consistent à contribuer à la mise en application de la loi spécifique des violences basées sur le genre dans la prise en charge des survivant(e)s, la mise en place d’une loi de domestication de la politique régionale de réduction des méfais lié à la consommation des drogues et la suppression de l’attestation d’aptitude physique aux personnes vivant avec un handicap  comme une conditions d’accès à l’emploi.

Au secteur de l’Environnement et Changement climatique, les catastrophes naturelles et les effets néfastes du changements climatiques ont attiré l’attention  des OSCs. «  Nous avons vu que le changement climatique est une réalité » a témoigné l’ingénieur Innocent Banigwaninzingo.

Le développement des compétences et l’employabilité des jeunes, promotion du secteur privé pour l’emploi décent, la promotion de l’emploi de jeunes et femmes et des personnes vivant avec un handicap et l’inclusion sur le marché du travail définissent les objectifs du secteur de l’emploi

En fin de compte, ces plans de plaidoyer vont guider les actions d’améliorations des secteurs en collaboration avec les ministères concernés  pour des solutions bénéfiques pour tout citoyen burundais

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top