Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
KirundiFrenchEnglish
Education

Burundi: les activités parascolaires en manque d’appui

©Jimbere ǀ Encadrement d'un club de football

Le début de la semaine en cours a été marqué par la rentrée scolaire 2019/2020 sous le signe de nouvelles méthodes d’apprentissage qui ne surchargent pas les enfants. A côté de la formation formelle, il y’a également les activités parascolaires qui se déroulent pendant ou après l’école. Toutes aussi importantes dans l’éducation du jeune élève, ces activités font face à des problèmes financiers et organisationnels. Décortication.

Plusieurs écoles, surtout à Bujumbura, offrent ce genre de programmes : appui pour l’apprentissage de l’anglais, français, espagnol, chinois, etc., les sports, les clubs de lecture, la musique, le théâtre, … Parfois ces activités se déroulent pendant la journée scolaire, mais généralement elles se déroulent après l’école.

Elles jouent un rôle quasi-incontournable dans la formation et l’épanouissement moral des élèves, mais loin de ce que l’on peut penser, clubs et responsables scolaires n’entretiennent pas une relation d’amour. Moyens financiers et manque de temps (surtout du côté des encadreurs) à la barre des accusés car n’entrant pas dans le cadre formel des activités scolaires. Souvent, ces activités sont alors mises au placard, aux risques et périls des éventuels futurs cadres du pays.

Se faire plaisir tout en apprenant

Apprendre n’exclut pas se faire  plaisir. C’est d’ailleurs cette sacrée-dualité que  semble prouver l’existence des activités parascolaires. Igiraneza Audry Carmel, 21 ans, qui a dirigé le club de la paix au Lycée Gatara, province Kayanza ne prétend pas le contraire : « Dans les clubs, j’ai beaucoup appris mais je me suis amusé aussi. » Allant de l’éducation environnementale, culturelle, citoyenne sans oublier l’apprentissage des langues, le système scolaire burundais en compte plusieurs dont les plus connus se trouvent être : club de Génies en Herbe, Stop Sida, Croix-Rouge, Droits de l’Homme, sans oublier les différents sports et jeux.

Le Recteur du Lycée du Saint-Esprit, Père Félix Barutwanayo, lui aussi se veut laudatif: «Les activités parascolaires occupent une place de choix dans notre établissement, car elles complètent l’enseignement formel proposé par le Ministère » . Quant à la question de savoir si ces clubs sont le secret derrière les scores titanesques réalisés par ses poussins aux Examens et Concours Nationaux, il répond : « Il y a d’abord la détermination des élèves. Et dans ses clubs, les élèves y apprennent l’esprit de travail et de recherche. Ils cherchent toujours à apprendre beaucoup plus et à devenir plus meilleurs. »

Mais tout n’est pas rose

Jimbere Paulin Gauthier, la coqueluche du club de basket-ball Gymkhana, élu meilleur marqueur, reconnaît également l’importance des activités sportives dans les écoles: « Le déclic de ma carrière fût un match au cours duquel nous (Lycée Gikungu) avons battu l’E.T.S Kamenge », après un éclaircissement : « Ces tournois scolaires permettent aux petits joueurs pas assez connus de se révéler aux clubs et d’entamer leurs carrières sportives ». Et la carrière de l’athlète mondiale Francine Niyonsaba propulsée par un tournoi scolaire ne peut que lui donner raison.

Mais ce n’est pas tous les élèves qui ont la chance d’être encadré dans les clubs : « Notre club allait bien parce qu’on avait un encadreur. Mais dans plusieurs autres clubs, on constatait un manque pas d’encadreurs, un grand problème » , fustige le jeune basketteur. Didace Bizimana, enseignant au Petit Séminaire de Mugera a tenté de donner des explications à cette triste situation: « Le vrai problème c’est le manque de professeurs pour assurer l’encadrement de tous les clubs car ayant d’autres obligations rémunératrices à remplir  », dit-il laconique.

Le Recteur du Lycée du Saint-Esprit où chaque club a un encadreur, quant à lui fait un clin d’œil aux autres directeurs: « Des problèmes de moyens existent bien sûr, mais cela n’est pas un blocage … Différentes activités peuvent se faire sans moyens financiers. »

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
venenatis, Praesent vulputate, velit, ipsum Aenean et,