Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
FrenchEnglish
Kirundi
Actualité

Burundi : le drame des grossesses en milieu scolaire

Au Burundi, 11% des adolescentes (15-19 ans) ont déjà commencé leur vie procréative. 7% ont déjà eu, au moins un enfant, et 3% enceintes d’un premier enfant. La majorité est toujours sur le banc de l’école, hormis celles qui n’ont pas eu la chance de fréquenter l’éducation formelle pour diverses raisons.

Cumul de grossesses au secondaire Et le problème des grossesses en milieu scolaire prend des proportions inquiétantes. Les statistiques montrent 2.355 cas uniquement pour 2015, et encore : ce sont des cas connus. Une étude faite la même année montre que les proportions d’adolescentes qui ont une vie sexuellement active est de plus en plus précoce, passant de 1% à 16 ans et à 31% à 19 ans.
C’est d’ailleurs ce qu’affirme une mère de trois enfants, native du sud du Burundi: «Sur trois ménages, au moins deux à Rumonge ont des adolescentes qui ont mis au monde.»

Pour une mère de la commune Songa en province de Bururi, « il faut accompagner les filles dans cette situation pour que cela ne soit pas une cause de déscolarisation». Même son de cloche partout au niveau du territoire national, où on dénombre de plus en plus de jeunes filles qui ont suspendu leurs études pour des raisons d’accouchement.

Cumul de grossesses au primaire Pour les services nationaux de santé de la reproduction, « il est difficile de contrôler la sexualité des jeunes. », même s’ils s’y emploient en mettant en place des services de sensibilisation afin d’éviter les grossesses non-désirées et précoces en milieu scolaire et ailleurs.

La prise de conscience des phases de fécondité ou non du cycle menstruel et la pratique contraceptive restent faibles malgré la nécessité de leur accessibilité pour le grand public. Du coup, loin des appels des religieux et des injonctions morales au quotidien, à l’impact très limitée, l’utilisation du préservatif reste le moyen le plus accessible pour se protéger contre une grossesse non-désirée. Malheureusement, pour certains.

2 commentaires

2 Comments

  1. Maelle

    10 juin 2016 at 14 h 37 min

    ce n’est en aucun cas pertinent d’affirmer qu’a Rumonge deux menages sur trois ont des adolescentes qui ont mis au monde en citant comme source les dires d’une mere native de la-bas. A moins qu’elle ait mene´ une enquete dans les regles de l’art.

  2. Ndero

    29 décembre 2017 at 2 h 50 min

    Merci de ces statistiques sur les grossesses à l’école secondaire.
    Les graphiques seraient très utiles et exploitqbles si vous pouviez ajouter une légende.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
velit, non leo amet, risus. consequat. ut suscipit