Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
KirundiFrenchEnglish
Opinions

Ma grossesse, aigre-douce

On s’imagine alors un ventre tout rond, tout mignon, avec à l’intérieur un bébé tout aussi mignon, tout sage…On ne compte pas une seconde les nausées, les vomissements, les remontées acides, les courbatures, la fatigue…plus le travail, parce qu’il faut gagner sa croûte aussi!

J’en avais rêvé des milliers de fois. Trois ans, pour tout dire, que j’attendais ce moment. Et il était là, enfin, ce moment! Les deux barres du test de grossesse affichaient rouge. Bien rouge!!!! « Béeee, je suis enceiiiinte! ». Je sortis en trombe de la salle de bain, faillis même m’étaler sur le sol. « On va avoir un bébé ». Béeee était tout aussi emballé que moi. On allait avoir notre enfant, un mini nous. Un petit bout de chou, qui aura les yeux de son papa, les doigts de maman. Une petite bouille qui nous ressemblera… plus à moi qu’à lui, évidemment. Si c’est une fille, on l’appellera Mia, si c’est un garçon…on n’était pas encore d’accord sur le choix. Bref, tout était prêt, enfin,  nous étions prêts depuis trois  ans! Ivyo biti hweee!

Les deux premières semaines passèrent sans aucun souci. On regardait, Béeee et moi mon petit ventre, qui portait une vie…4mm avait déjà le petit embryon, selon le gynécologue. C’est presque rien, s’émerveillait mon mari. « Un mini têtard, en fait, t’imagine! » Non, je n’imaginais pas que mon bébé soit un têtard… non, mais!

Commença alors la troisième semaine. Lah! Un bon matin, je mis le pied par terre, pour sortir du lit, et je sentis mon estomac se retourner, littéralement. Je courus vers la toilette, la bile montant et brûlant tout sur son passage: la trachée, l’œsophage, le larynx, les glandes salivaires, l’hypopharynx, jusqu’à la langue tout partirent avec cette lave qui sortait de mes tripes… la toilette en prit un sacré coup. « Je n’en revenais pas.  Ainsi était donc mon têtard ». Cela allait durer trois mois. Tous les matins, je me levais, sous le regard dubitatif de Béee (il n’a toujours pas compris cette histoire, 10 ans après), courais dans la salle de bain, et je revenais 5 minutes après, toute vidée, prête à attaquer la journée. Ah oui, ce n’était pas tout, fallait aussi bosser. Aller au travail, l’estomac à l’envers, et ce avec le sourire, s’il vous plaît.

La grossesse n’est pas une maladie, vous êtes sûr?

C’est bien mignon une grossesse. Le ventre qui s’arrondit, les seins qui triplent de volume (pour ça je veux bien retomber enceinte), les cheveux et tous les autres poils d’ailleurs, qui poussent, le teint qui change, selon les femmes, on est bien d’accord. Il y en a pour qui les boutons remplacent le visage. Et puis il y a tout le reste, dont on parle peu ou pas: les remontées acides, les courbatures, le mal du dos, le ventre ou plutôt le bébé qui prend toute la place, déplaçant tous les organes. On se retrouve ainsi avec l’estomac dans la gorge, le foie à la place des reins, la vessie…Dieu, la vessie! C’est tout juste s’il ne faudrait pas la brancher à un tuyau qui va directement vers la cuvette. Sans parler des envies de meurtre quand le cher mari, vous demande, avec une voix nébuleuse « Ça va? »… « Mais non ça va pas. Ça fait 3 h que je cherche une position pour dormir! »

Et de ces mains qui viennent tout le temps se poser sur votre ventre pour sentir le bébé, on en parle ou pas? « C’est mignon, il bouge! » – « et mes côtes, tu y as pensé? « .  Évidemment que non. On ne dira rien. sourire de circonstance… mignonesque.

Qu’on se le dise donc, la grossesse est une maladie! Et personne ne devrait travailler pendant la gestation. On passerait nos journées à se prélasser chez soi, petit jus de fruit à la main,  ne quittant sa maison que pour aller manger une pâtisserie à l’avenue de France, ou pour aller faire une manucure et pédicure, faire du shopping pour préparer l’arrivée du bébé…Mais au lieu de ça, il faut se lever le matin, aller au travail, se dépêcher de terminer cet article pour le mettre en ligne, l’hebdo c’est déjà bouclé. Prendre contact avec tel, préparer  la conférence internationale sur le travail à haute intensité de main-d’œuvre… Ce n’est pas de tout repos, tout ça!

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
nunc non sed Donec Phasellus dolor ipsum