Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
FrenchEnglish
Kirundi
Abastars

Le collectif Wanajeshi Kamili signe son come-back

Ils avaient conquis les mélomanes de Bujumbura avec leur premier morceau One Day, en 2007. Durant les trois années qui vont suivre, les quatre maestro du rap burundais et sociétaires du groupe, Big Fizzo, T-Max, Frank Duniano et Mac Daddy, vont produire ensemble au moins six morceaux avant de voir leur groupe partir en lambeaux 

« Général » Fizzo, « Colonel » T-Max, « Commandant » Mac Daddy et le moins « gradé » du groupe, mais pour certains le plus talentueux, « Capitaine » Frank, ont presté ensemble ce dimanche soir à Safi Beach, après que chacun ait pris le temps de chanter ses propres chansons.

Mac Daddy a ouvert la scène avec sa chanson phare Bella. Ensuite de Nitoke vipi à Kweti kweti, Franck Duniano va avoir tout le temps de faire monter la pression dans le public swahilophone sur place, avant que T-Max ne vienne préparer le chemin au « Général ».  Surprise ! Sur scène, son premier morceau fût Mambo Juu Ya Mambo, celui qui l’aura véritablement propulsé dans l’industrie musicale, il y a de cela 17 ans.

Et pendant toute une heure, « Gikundiro », comme le chouchoutent ses fans, va reprendre presque tout le répertoire de ses anciennes chansons avant d’embrayer sur ses dernières nées et hits de l’été : Chekecha et You. Après, vient le moment tant attendu où le « Général » appelle tout le squad le rejoindre sur scène pour entonner en chœur: Ingorane, leur récent single, synonyme du retour du groupe.

Du nouveau titre à la réunification du groupe ?

C’était la question sur toutes les lèvres à la plage dite « Kirobezo ». T-Max a tenu à lever toute équivoque : « Le défi à relever l’a été : nous réunir. Nous revenons avec plusieurs projets, mais il serait trop précipité de les dévoiler à ce jour. Seulement, ce que nous promettons, nos fans ne s’ennuieront plus ».

Et Big Fizzo de le compléter : « Nous venons pour un objectif bien précis. Relever le niveau de l’industrie musicale pour prouver aux entreprises qui font recours aux étrangers, lorsqu’elles veulent égayer les mélomanes, que nous sommes capables de faire mieux ».

Pour rappel, à l’époque du sacre de Wanajeshi Kamili (soldats complets), ils étaient en rivalité avec les Wakali Power, groupe qui a fait éclore Black-G, une des grandes stars du r’n’b burundais.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
leo. consectetur elementum et, suscipit id mattis id vulputate, justo