Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
Kirundi French English
Femmes Leaders

REJA : Un Mentor hors du commun

Godeberte Sindayigaya, mentor et présidente de  Gir’umwete, s’illustre grâce à cette association qui s’est fixée comme objectif : « Réconcilier les personnes en conflits et l’entraide entre les membres de cette association ».

On ne la présente pas, à Butaganzwa. Elle est connue par tout le monde (jeunes et moins jeunes). Ce qui fait d’elle une femme hors du commun, c’est son sens de responsabilité et de leadership.

A Buraniro, on s’attendait à rencontrer une femme usée par le poids de l’âge (bientôt un demi-siècle, pour une femme rurale). Quand elle s’est présentée en pagne, c’est une femme  qui semble résister à tous les  temps que nous avons découvert.

Godeberte (« Gode » pour les intimes), 49 ans révolus, elle est mentor de 6 personnes et présidente de l’association Gir’umwete. « Après avoir constaté que dans mon entourage les familles sont souvent confrontées à deux défis : la pauvreté et la mésentente, je me suis dit qu’il faut essayer de changer la situation en instaurant un système d’épargne d’une petite somme et d’emprunt pour les nécessiteux », fait-elle savoir.

« Gode » dans ses œuvres

La pauvreté comme origine des mésententes dans les ménages  et des différends dans la société, la famille Ntahizaniye en a connue.

Le couple Ntahizaniye -Nkurikiye ne s’entendait pas sur la gestion des biens familiaux. Jusqu’au jour le mari décide de vendre le bovin à l’insu de sa femme Nkurikiye.

« L’un accusait l’autre de fréquenter d’autres hommes, alors que la femme disait que son mari dilapidait les biens et le patrimoine de la famille. Ils avaient même opté pour la séparation de corps ».  se rappelle-t-elle.

A  couteaux tirés, ils étaient prêts à en finir avec leur couple malgré 30 ans de vie commune. C’est là qu’intervienne  «Gode », toute conciliante, elle écoute chacun de son côté et parviendra à trouver le nœud de leur différend, témoignent les voisins de la famille Ntahizaniye.

« Je n’aurais jamais pensé qu’une femme soit aussi meilleure leader avant de rencontrer Godeberte. Moi qui se croyais plus intelligent, elle m’a montré le chemin pour trouver la solution pacifique aux problèmes  de la société « , déclare Donatien Bukuru, membre de l’association Gir’umwete.

Le mari de Nkurikiye ne dira pas le contraire. « Godeberte a cette façon à elle de réconcilier les personnes en conflit. Je me souviens avoir refusé tout conseil de mes amis et proches mais quand «Gode » est venue, elle m’a éclairé. Aujourd’hui notre foyer est exemplaire», confie Ntahizaniye.

De la résolution des conflits à l’entraide

Ayant constaté que le mal qui mine plusieurs ménages est la pauvreté, Godeberte lance une idée pour venir en aide aux nécessiteux.

Chaque membre de l’association cotise 2000 Fbu par mois et cette somme est donnée à la personne  la plus nécessiteuse pour lancer une petite activité génératrice de revenus : élevage, commerce, etc.

Nkurikiye fait savoir qu’au moment où elle devrait attendre que son mari subvienne à tous ses besoins, elle s’est lancée dans le commerce des  fruits et légumes après avoir reçu une somme de 20 milles francs : « Aujourd’hui, je subviens aux besoins de ma famille et mes enfants vont à l’école».

A quelques mois de son 50ème  anniversaire de naissance, cette femme que l’entourage considère comme l’exemple sur sa colline Musema dit qu’ : «Etre leader n’est pas quelque chose qui s’acquiert en peu de temps. C’est ce que l’on vit au quotidien. C’est le reflet de  l’éducation que l’on reçoit dès le bas âge ».

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
in mattis Nullam ut sed ipsum tristique vel, neque.