Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
Kirundi French English
Musique

Le Chœur harmonique du Burundi frappe fort avec son premier concert

Au soir de ce 02/11/2019, le Chœur harmonique du Burundi tenait son premier concert, à l’IFB. 30 jeunes sur scène, dont 22 chanteurs et 8 musiciens (4 violonistes, 1 flûtiste et 3 pianistes) ont fait la joie du public

Il aura eu tort ce gars qui, en nous voyant embarquer notre matériel pour couvrir l’événement, nous lançait sur un ton de défi: « Ce soir, Mozart va se retourner dans sa tombe. Les autres, mêmes après trois années de conservatoire, ils ne s’aventurent pas sur ce terrain… »
Mais d’abord, quelques doutes. Le concert doit commencer à 17h, mais à cette heure-là, les portes sont toujours fermées. Il faudra attendre 30 min pour les voir s’ouvrir. Le malaise commence à s’installer petit à petit, car une autre demi-heure supplémentaire s’avère nécessaire, avant que les premières notes de l’organiste ne s’échappent de la scène.

Autour de lui, une armada d’instruments, guitares, violons, pianos, batterie et une dizaine de micro plantés en demi lune… La scène est décorée en motifs chinois, de grandes boules de plusieurs couleurs suspendues… Tout d’un coup Arnold Banyerwha d’une voix imposante, enrouée, lance le bal, tandis que Steve Tchako le suit… 22 autres visages gagneront la scène dans une belle chorégraphie.

Un menu varié

Et hop, le vin est tiré: des mélodies classiques alterneront avec des titres plus actuelles… Le public fond quand le Chœur entonne « I will always love you » avec Blaise Eloi, second de la Primusic 2019. Plus loin, quand il vocalise l’hymne de l’UEFA, la salle va se lever d’un bond comme si l’on était dans quelque stade européen pour un derby comme seule la Champion’s League sait en créer…

A 19h, l’entrée en jeu de la batterie vient accompagner « Ngira mbayagire umukunzi », et la balade continue avec « All of me » de John Legend, « Telenovela » de Kidum. Et, la horde des vivats quand Tchako interprète « Bella Ciao »… Et de clôturer le concert avec « Narekelemo », puis « Wahamba nathi »

Satisfaction pour l’équipe organisatrice

« Quand on a commencé, c’était fébrile et timide. On ne croyait pas réaliser un tel concert », dira Tchako à la fin du concert. « La plupart des membres du Chœur viennent des chorales qui sont contraignantes à un certain degré. Il nous fallait sortir des lignes tracées par nos églises respectives et proposer une recette œcuménique de musique classique, multicolore, dans laquelle chacun peut se retrouver, quelque soit sa confession religieuse ».

Et d’ajouter: « On voulait exploiter aussi le chant classique, lyrique jusque là un terrain vierge ici au Burundi, alors qu’il est exploité dans d’autres pays. » Et d’inviter les autres désireux de faire partie du Chœur Harmonique à venir leur emboîter le pas.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
nec Praesent eleifend Aenean ut accumsan velit, risus. ipsum