Ce n’est pas parce que l’on y parle une même langue sur tout le territorial national que le Burundi présente une culture homogène. Pour son deuxième débat universitaire, le think tank Isôko initié par le REJA, questionnait la diversité culturelle burundaise, et les moyens de la préserver.

Le Burundi est subdivisé en 5 régions éco-climatiques. De l’Ouest vers l’Est, on distingue : les terres basses de l’Imbo correspondant à un fossé d’effondrement du Rift Valley occidental, la région escarpée de Mumirwa, la zone montagneuse (la Crête Congo-Nil), les plateaux centraux et les dépressions de Kumoso et de Bugesera. L’altitude varie entre 774 m au bord du lac Tanganyika et 2670 m sur les massifs montagneux pour diminuer progressivement jusqu’à 1200 m à l’Est du pays [© Ministère de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme]

L’homogénéité linguistique burundaise cache mille et une subtilités culturelles du pays. Pour s’en convaincre, il suffit de visiter le répertoire des danses traditionnelles burundaises. Il y a les pas guerriers des intore du nord dans le Bweru et le Bugesera, l’umuyebe pour la région de l’Imbo et sa voisine du Mirwa, l’ihunja (danse féminine qui fait intervenir le cou) ou encore l’imisambi (danse des femmes imitant les mouvements des grues couronnées dont elle porte le nom). Il y a l’amayaya dans le Kirimiro (danse de la nonchalance), l’umutsibo qui fait intervenir les jambes et le bassin mais sans érotisme dans le Buyogoma, l’urwedengwe du Buyenzi avec sa transe des épaules, sans oublier l’ubusambiri dans le Buragane.

Cette diversité s’observe bien sur d’autres plans, linguistique avec des mots et des locutions propres à chaque région, culinaire avec des mets préférés selon que l’on soit natif de l’Imbo, du Kirimiro et sa myriade de vallées, ou du Mugamba tout en altitude.

On l’aura compris, les régions naturelles du Burundi rythment la séquence des nuances culturelles. Qu’il fasse chaud ou froid, que l’on soit proche du lac Tanganyika (abondance des poissons) ou le long de la frontière avec la Tanzanie, le Rwanda ou le Congo, la manière de manger, de parler, d’envisager le monde s’en trouve modifiée.
N’a-t-on pas observé il y a quelques années d’horribles assassinats d’albinos dans les provinces de l’Est du Burundi sous l’influence de croyances obscures nourries par le fétichisme tanzanien ?

1 2 3

A propos de l'auteur

Journaliste, Coordinateur du Projet Jimbere

Roland Rugero est un journaliste et écrivain burundais né en 1986. Le métier de journalisme, il l’apprend avec le Groupe de presse Iwacu, dont il sera par ailleurs le webmaster éditorial de 2009 à 2014. Un temps chroniqueur de l’actualité politique burundaise, il dirige actuellement une équipe de jeunes journalistes burundais qui travaillent sur le premier magazine jeunesse au Burundi (www.jimbere.org). Il est également contributeur de World Policy Institute ainsi qu'à TakePart. Ancien du prestigieux programme international d’écriture à l'Université de l'Iowa (2013), médaille de bronze aux VIèmes Jeux de la Francophonie à Beyrouth en littérature, Roland Rugero a été cofondateur et animateur du salon littéraire Samandari, fondateur des prix littéraires Michel Kayoya (français) et Andika Prix ​​(anglais). Son deuxième roman "Baho!" Est devenu cette année le premier roman burundais à être traduit du français vers l'anglais.

Articles similaires

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sit libero mattis eleifend fringilla dolor. ut nunc id, velit, nec