Un noyau de cinq femmes agricultrices est formé pour être les pionnières d’une agriculture respectueuse de l’environnement.

Le développement et le bien-être des communautés étant le but ultime de l’action de la SaCoDé, impossible de l’imaginer sans les femmes. D’où l’ambitieux projet de leur initiation à « l’usage des moyens naturels pour les pratiques agricoles car les produits chimiques sont nocifs à la santé de l’agriculteur mais aussi à la fertilité du sol sur le long terme », explique Arnaud Ndayiragije .

Chargé de la communication au sein de la SaCoDé, il a lui-même accompagné le groupe noyau à Kisumu au Kenya, en été, pour une formation en agriculture biologique. Anitha Nishimwe, Francine Ndikumana, Jeanne d’Arc Irakoze, Bernadette Miburo et Annonciate Nizigiyimana étaient les heureuses élues de cette première cohorte.

Elles ont suivi des formations auprès de Bio Gardenning Innovation, une organisation  avant-gardiste kényane qui utilise  les méthodes d’agriculture biologique depuis longtemps. Francine Ndikumana explique par exemple, excitée, ce qui l’a marquée le plus de ce voyage initiatique : la fabrication de l’engrais naturel dénommé Bokashi. « On prend la levure et on la mélange avec de la mélasse. Le produit qu’on obtient est mélangé à son tour au son de riz puis on rajoute à tout ça du charbon à bois réduit en poudre. C’est magique comment c’est productif »,  assure Francine, elle qui a directement reproduit la recette à son retour pour fumer ses vergers de poivrons et tomates.

En plus des savoirs acquis sur les fertilisants naturels, les dames envoyées au Kenya ont également reçu des enrichissements sur les techniques agricoles à utiliser pour booster les rendements. «  Nous avons appris comment préparer le terrain à cultiver, notamment la gestion des terres en pente. On doit tout faire quitte à ce que nous divisions les terrains en petits parcelle afin d’éviter l’érosion. Nous avons aussi appris à planter plusieurs variétés de plants dans nos champs selon les conditions climatiques du moment », poursuit Mme Ndikumana.

Au bout du tunnel, la SaCoDé vise la création d’une coopérative entièrement composée de produits bio afin de prévenir les maladies causés par les engrais chimiques. Riches de cette expérience, le club des cinq partagera ses connaissances aux autres et la propagation de ces techniques d’agriculture biologique sera assurée…

A propos de l'auteur

Articles similaires

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

dolor in Nullam Phasellus porta. id Donec lectus justo neque. Curabitur mattis