Jimbere

Kirundi French English
Elevage

Distribution de porcins par le PIPARV-B : la population salue le geste

©Jimbere| Claudine Cobedeste : « J’espère que ma vie va changer grâce à ce porcin.»

Le FIDA via le projet PIPARV-B, a distribué ce jeudi 25 mars 2021, des porcins aux plus vulnérables habitants des quatre collines de la commune Itaba en province Gitega. Bénéficiaires et administratifs saluent le geste.

128 porcins dont des truies et des verrats de race Landrace ou large White ont été distribués à 128 bénéficiaires des collines Mutanga, Kanyinya, Butare et Buhanga de la commune Itaba en province Gitega.

Selon Dr Maurice Ntahiraja, chef du volet élevage au sein du PIPARV-B, un Kit composé de 30 truies et 2 verrats ainsi que 60 chèvres et 4 boucs seront distribués sur chaque colline ciblée des provinces Gitega, Kayanza, Karusi, Ngozi et Muyinga, d’ici juin 2021 : « L’objectif de cette distribution est d’éradiquer la pauvreté parmi les familles les plus vulnérables. »

Et pour cause, explique-t-il, ila été remarqué que l’élevage des porcins augmente la production agricole de 3 ou 5 fois plus à cause du fumier que les agriculteurs en tirent sans oublier les revenus en cas de vente puisque les truies mettent bas 8 à 10 porcins et deux fois l’année : «  Le prix d’un porcin étant à 30 mille Fbu, vous vous imaginez le gain. »

Dr Maurice Ntahiraja: » Le choix des plus nécessiteux s’est fait par un ciblage participatif »

Au cours de la même distribution, chaque bénéficiaire, en plus du porcin,  a reçu un kit composé du matériel médical pour traiter l’animal en cas de maladie et 90 Kg de tourteaux palmistes pour l’entretenir pendant les trois prochains mois.

En plus de cette distribution, le PIPARV-B  a formé ces bénéficiaires sur l’élevage des porcins et caprins. Il a doté chaque colline de la zone d’intervention d’un agent de santé animal chargé de faire le suivi de cet élevage pour les bénéficiaires. « Chaque agent aura bientôt un vélo et un téléphone Androïd pour mieux s’acquitter de ses responsabilités. »

Quant aux critères de choix des plus nécessiteux, Dr Maurice Ntahiraja précise que le projet visait ceux qui ont moins de 0,5 hectares des terres cultivables, ne possédant ni chèvres ni porcs et moins encore une vache : « Le reste s’est fait au niveau des assemblées générales des populations elles-mêmes qui ont dressé la liste des plus vulnérables à travers un ciblage participatif. »

La mise en garde de l’administration

Les bénéficiaires saluent ce geste et remercient le FIDA à l’instar de Claudine Cobedeste (62 ans) de la colline Kanyinya. Cette mère de 5 ans indique que personne n’avait songé à lui venir en aide avant ce projet : « Je semais mais la récolte ne suivait pas par manque de fumier et je n’ai pas les moyens de me payer l’engrais chimique. J’espère que ma vie va changer grâce à ce porcin.»

 Les personnes de la communauté des Batwa n’ont pas été oubliées.L’un d’eux a reçu également un porcin. « Si Dieu le permet, je serai sorti de la pauvreté d’ici une année », a-t-il lâché avec joie.

Même optimisme du côté de Domitien Nyandwi, l’administrateur de la commune Itaba pour qui, ce don vient à point nommé : « Les habitants d’Itaba sont laborieux mais le manque d’engrais chimique pour certaines familles vulnérables posait problème. » Mais avec ces porcins et bientôt les boucs, espère-t-il, toutes les familles d’Itaba produiront plus d’ici deux ans puisque chaque bénéficiaire a obligation de donner, à son tour, trois porcins à ses voisins dans ce qui est connu comme la chaine de solidarité communautaire. Et de mettre en garde ceux qui pensent vendre ces porcins au lieu de les élever : « Ils ont signé un contrat clair la dessus et les contrevenants savent à quelle sanction ils s’exposent. »

Une distribution appréciée par les bénéficiaires

Pour rappel, le PIPARV-B (projet d’Intensification de la Production Agricole et de Réduction de la Vulnérabilité au Burundi) est un projet du Gouvernement  appuyé par le FIDA. Lancé en décembre 2019 pour une durée de 6 ans, son objectif global  est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie et de résilience des populations rurales du plateau central burundais par une approche de gestion intégrée de terroirs grâce à une utilisation optimale des ressources naturelles adaptées à une pression démographique croissante.

L’approche d’intervention du PIPARV-B est une approche par colline qui couvre l’ensemble du terroir communautaire. Ce projet appuie spécifiquement les populations rurales sans terres ou disposant de très petites exploitations et sans animaux d’élevage avec un accent particulier sur les jeunes, les femmes et les Batwa. 153.280 ménages des 20 communes, 218 collines des provinces Gitega, Kayanza, Karusi, Ngozi et Muyinga seront touchés.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top