Jimbere

Kirundi French English
Enfance

Chers enfants ! Où est parti le goût pour les jeux rassembleurs ?

Adulte, Jessica se remémore sa tendre enfance, se rappelant des jeux qui prenaient la majeure partie de son temps, et se plaint des loisirs des enfants actuels. Elle adresse une correspondance à son petit frère.

« Cher petit frère ! depuis que je suis petite, je t’ai toujours aimé. Les années ont passé, je me suis éloignée de notre maison pour différentes raisons. Toi tu y es resté. Tu m’as certes vu un peu plus grand que toi, mais j’ai aussi eu un âge pareil au tien, avec, sûrement une ambiance folle. Par ce bout de papier, laisse-moi alors te raconter comment on s’amusait à notre époque.

Durant la période scolaire, on rentrait de l’école tout content, car on savait qu’après les devoirs venait le temps de jouer. Ce n’était clairement pas comme maintenant. C’était l’occasion de se réunir. On se faisait beaucoup d’amis. C’était un truc de fou.

La joie du groupe

On avait beaucoup de jeux comme la marelle, l’élastique, la corde à sauter pour les filles. Les garçons s’amusaient avec les billes, les pneus, la toupie, le football, ils confectionnaient des voitures en fil de fer barbelé, et bien d’autres jeux. On avait aussi d’autres jeux qui rassemblaient garçons et filles tel que « le cache-cache », « le 1,2,3 soleil » Tiens par exemple, je te fais le dessin d’un jeu instructif de notre époque « Le gendarme et les voleurs ». Déjà, il fallait former deux équipes de préférence autant de gendarmes que de voleurs, puis délimiter le terrain pour faciliter le jeu et enfin définir la prison. L’objectif pour les gendarmes était de mettre tous les voleurs en prison.

Quand le jeu débute, les gendarmes se mettent à la chasse des voleurs, s’ils les touchent ils vont en prison.

Un prisonnier pouvait être libéré par un voleur libre en lui tapant dans la main. Donc en jouant à ce jeu, on développait l’esprit d’équipe, d’unité et surtout celui sportif car fallait que ton équipe gagne. C’était plutôt drôle de nous voir courir dans tous les sens.

La chose importante à savoir est que ça nous apprenait à respecter nos aînés tout en s’amusant, parce qu’il arrivait qu’on joue avec des personnes un peu plus âgées que nous. Et on faisait avec ce qu’on a, ce qui éveillait en nous un sens de créativité pour ne pas s’ennuyer.

« Sors et amuse toi… »

Permet cher petit frère, de te faire part de combien ça me désole de voir l’impact de ces jeux actuels (Ces PlayStation, ces consoles) sur vous. Ils détruisent tout lien social avec vos familles ainsi que vos proches. Je comprends que ce n’est pas totalement votre faute, que le monde change, la technologie qui aussi avance et touche les jeux. Hélas cette envie d’être à la mode, d’être cool auprès de vos amis est contagieux et font tomber nos jeux d’autrefois aux oubliettes.

Bref, cher petit frère tu es encore jeune. Sors, amuse-toi à fond, crée des liens, ne t’isole pas. Certes tu penses t’amuser peut-être avec ces jeux actuels, mais quand tu auras besoin d’aide ils ne seront pas là, car après tout, ce ne sont que des machines. Je t’invite de suivre mon conseil et tu me remercieras un jour.

Cordialement,

Ta grande sœur qui t’aime, Jessica

Un article rédigé par Jessica Tuyisenge dans le cadre du stage au sein du Magazine Jimbere comme un ancien du programme « Enfants journalistes » de l’UNICEF Burundi.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top