Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
Kirundi French English
Basketball

Guéguerre au sein de la FEBABU

Sous l’égide de Seif Sabushimike, la majorité des associations (12/14) affiliées à la Fédération de Basketball Amateur du Burundi- FEBABU a signé une motion de défiance destituant le comité présidé par Augustin Kararuza transmise par la suite au ministère de la Culture et des Sports.  Le comité déchu conteste cette décision qu’il qualifie d’illégale. Les faits.

Dans les échanges épistolaires concernant la destitution du comité exécutif présidé par Augustin Kararuza aux commandes depuis 1996, le camp de Seif Sabushime n’y est pas allé par quatre chemins. Il accuse, dénonce puis retire sa confiance avant de le destituer sans aucune autre forme de procès.

Quatre allégations sont à la charge de l’équipe « déchue » : Kararuza a fait illégalement jouer Jean Hakizimana dans l’équipe Dynamo. Il est également accusé de tricherie sur l’âge de deux jeunes joueurs, ce qui a valu la disqualification à l’équipe du Burundi  dans l’une des compétions des juniors qui a eu lieu à Butare au Rwanda. Très récemment, la disqualification de l’équipe Les Gazelles dans le championnat de la zone V est imputée à cette équipe dirigeante de la FEBABU. L’absence d’un écho d’une probable prochaine organisation de la coupe du président qui devrait être en train d’être joué a été comme une goutte qui a fait déborder le vase.

Kararuza balaie du revers de main toutes ces allégations. Il contre-attaque : la prise de cette décision a transgressé le règlement régissant la FEBABU. «En son article 221, le règlement d’ordre intérieur stipule que  le président du comité exécutif ne peut être jugé que par l’assemblée générale régulièrement convoquée par les 2/3 de cette dernière ».

Or, selon lui « le quorum exigé n’a pas été atteint. Trois des signataires avaient depuis longtemps perdu la qualité de membre actif.  Ce  qui ramené les signataires légitimes à 9 sur 11 associations reconnues. Avec les 6 membres du Comité Exécutif, l’Assemblée Générale est constituée de 17 membres, ce qui fait les 2/3 équivalent à 12 membres », argumente-t-il.  

« Quand bien même, ces 3 associations n’avaient pas perdu leur qualité de membre actif, l’Assemblée Générale serait constituée de 20 membre et le quorum serait atteint avec 14 membres présents. En aucun cas, les 12 signatures ne peuvent faire valider les conclusions de la session », ajoute-t-il.

Toutefois le camp adverse ne le voit pas du même œil : « en lui retirant la confiance, nous l’avons également fait pour les membres du comité exécutif.  Seuls les présidents des associations restent avec la qualité de membre de l’Assemblée Générale. Donc, Le quorum ne porte que sur les 14 présidents des associations car même les trois associations ont toujours la qualité de membre actif puisqu’aucune session de l’Assemblée Générale n’a statué sur leur cas alors qu’elle seule, de par sa souveraineté, a les prérogatives d’octroyer et de retirer cette dernière », affirme Sef Sabushimike, le désormais président a.i désigné par les signataires de la motion de défiance.

A qui profite cette crise ?

Ce n’est pas le basketball qui sortira grandi de ces chicaneries opposant les dirigeants de la fédération. Les amateurs du ballon orange s’accordent sur une chose : « il est évident que le quorum requis n’a pas été vérifiée car les membres du comité exécutif n’avaient pas encore perdu la qualité pour siéger. Toutefois, ne pas être reconnu par plus de 80% des membres et surtout à 3 mois des prochaines élections devrait faire comprendre à Kararuza Augustin et son comité qu’ils sont indésirables», lance un joueur de basketball.  

Et de rappeler que ce n’est pas bon que Kararuza et sa compagnie campent sur leur position.  Sabushimike et les siens ont également intérêt à être flexibles sinon, une crise, quelle que soit sa forme, profiterait au camp Kararuza, seul reconnu légalement, jusqu’à preuve du contraire, par le ministère ayant le sport dans ses attribution et d’autres instances, analyse-t-il.

«Insh’Allah » ! Les élections des prochains dirigeants de la FEBABU se tiendront en mars prochain. Cependant, si on se fie à la situation qui prévaut au sein de cette fédération, ces signes avant-coureurs ne présagent pas une sortie rapide de la crise.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
felis felis justo mi, facilisis vel, accumsan