Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
FrenchEnglish
Kirundi
Football

Premier match du Burundi à la CAN, défaite face au Nigeria: impossible d’en vouloir aux Intamba

A la veille de ce premier match du Burundi à la CAN, les analystes invités dans la célèbre émission de la RFI, Radio Foot International, avaient comparé les Intamba à un « Commando », soulignant la force de l’unité des poussins de « Mutombola ». Comme attendu, ces derniers n’ont pas tremblé devant les Supers Aigles, malgré la (douloureuse) défaite enregistrée

Rappelons une fois pour toute que l’équipe nationale du Burundi s’appelle Intamba – l’Hirondelle. Pourquoi cet oiseau et non le dragon, le condor ou simplement le dinosaure? La sagesse burundaise est avant tout traduite dans la modestie. Se rabaisser mais en gardant sa vision sur l’objectif. Si les Hirondelles viennent de montrer un bon jeu face aux Supers Eagles de Nigeria (malgré le but encaissé), c’est qu’elles n’ont pas volé seules. A plusieurs milliers de kilomètres d’Alexandrie, les fans avaient envahi les rues de Bujumbura pour venir assister au match en direct sur les écrans géants à la Place de l’Indépendance. Ambiance bon enfant au rythme du tambour burundais, le premier Vice-Président de la République, Gaston Sindimwo, et le maire de la ville, Freddy Mbonimpa, étaient également présents.

19h, coup d’envoi à Alexandrie, Bujumbura en liesse…

Avec son système de 1-3-5-2, le sélectionneur « Mutombola » a sans doute adopté la meilleure tactique pour pouvoir affronter la forte et expérimentée équipe nigériane. Le match s’est déclaré en une véritable bataille dès ses premières minutes. On assiste aux Super Eagles qui veulent imposer leur jeu et une équipe burundaise qui lui répond: «On n’est pas arrivé ici par hasard». Conscient de la détermination et de l’ambition de cette nation novice dans les hautes sphères du foot continental, le coach nigérian avait sans doute averti ses protégés du danger que peut leur porter les Intamba.
A voir l’engagement des deux équipes dès la première minute, on aurait cru à un match de final, ou du moins un match de barrage.

Trop physique, trop rapide, les Intamba ont dû d’abord reculer dans les quinze premières minutes, une façon d’éviter d’encaisser trop tôt, ce qui aurait pu tuer le match et rabaisser le moral des joueurs.
Décomplexés, ils ont ensuite ouvert le jeu dès la treizième minute par une longue passe majestueusement contrôlée par le redoutable Cédric Amissi. Celui qui aurait peut-être être le but de la compétition trouvera le portier nigérian dans sa trajectoire et le déviera. Dès lors, on assistera à la vraie figure de l’équipe des Hirondelles. Les Nigérians se verront défier par la plus petite équipe de la compétition (134ème sur le classement mondial de la FIFA).

A de multiples occasions, les contrôles impeccables du milieu de terrain Gaël Bigirimana auront permis d’en faire le maître de l’orchestre en réduisant à néant le milieu de terrain des Super Eagles sous l’égide d’un John Obi Mickel, ex-sociétaire de Chelsea FC, transparent tout le long du match.

A la 28ème minute, Bigirimana, dans ses formes, surprendra le portier nigérian sur une puissante frappe sur un coup franc de plus de 30 mètres déviée encore par le portier nigérian. Sans tarder, à la 36ème minute, Frédéric, le défenseur central, faillira tromper le gardien nigérian par une déviation de la balle au premier poteau. La mi-temps se soldera sur un score nul et vierge.

Une deuxième mi-temps, calvaire pour les Intamba

La deuxième mi-temps s’ouvrira avec la même domination des Hirondelles, notamment par coup franc frappé par Cédric Amissi. A la 49ème minute, l’arbitre ne sifflera pas un penalty valable sur une touche de main d’un défenseur nigérian dans la surface de réparation.

Et la première véritable occasion nigériane sera obtenue à la 50ème minute. L’équipe burundaise continuera à dominer le match jusqu’à la 60ème minute, moment à laquelle les Super Eagles se réveilleront.

L’entrée d’Ahmed Musa à la place de John Obi Mickel aura un impact significatif sur le jeu des Intamba. Les Nigérians multiplieront les occasions jusqu’à ce que Ighalo, qui venait de rentrer sur terrain change la donne du match à la 77ème minute sur une erreur de marquage de David Nshimirimana.

Malgré la fatigue qui commençait à se dessiner sur leurs visages, les joueurs burundais n’ont pas été découragés et ont répliqué juste une minute après avec l’attaquant vedette des Hirondelles Fiston Abdoul Razak, sans toutefois concrétiser. Ayant un peu reculé, la défense des Super Eagles peinera à bloquer les contre-attaques des Hirondelles qui voulaient à tout prix revenir au score. Le match se soldera sur un but à zéro.

Les fans pas heureux

Les amoureux du foot et des Intamba comme Asman Kubwimana, qui s’était déplacé jusqu’à la Place de l’Indépendance en voudront à « Mutombola » pour son manque de réalisme durant le deuxième mi-temps, « alors que les joueurs burundais s’étaient trop dépensés au premier mi temps. Il aurait dû amener rapidement du sang nouveau pour maintenir le rythme. Ce qui fait le plus mal, il optera pour un système défensif, système qui nous a fait mal à plus d’une fois. »

Autre incompréhension, cette fois-ci dans un bar de Bwiza: « Le remplacement qu’il a opéré en temps additionnel alors que ses poulains avaient encaissé le but, aura semé le doute, car la minute utilisée a été du temps perdu pour les Intamba dans leur soif de revenir au score ».

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
vulputate, id, elit. suscipit Lorem amet, leo. mattis ut lectus venenatis, neque.