Voilà le recensement de la Direction Provinciale de l’Enseignement (DPE) de Kirundo, qui fait de cette province la cible du projet « Amélioration des conditions d’Hygiène et promotion de la santé menstruelle des femmes et des filles de la province de Kirundo » lancé ce 27 février 2019 par la SaCoDé, sous financement de la Fondation Roi Baudouin

A 11h, la salle de la paroisse Kanyinya est pleine à craquer. Des centaines de jeunes filles du secondaire attendent sagement, en noir et blanc, venues du lycée et de l’Ecofo Kanyinya, aux côtés des femmes de la localité. La majorité de ces élèves sont encore à l’école fondamentale. Des adolescentes encore « novices », en matière de l’hygiène menstruelle. Toutes attendent de voir cette mystérieuse « serviette hygiénique, lavable, réutilisable durant 5 ans, avec un bonus : portable même sans slip. »

Un peu plus tard, on les retrouve gloussant: « Heureusement que les garçons n’ont pas été invités ». La salle vient de suivre une vidéo sur les témoignages de jeunes filles de Gitaramuka, en province Karusi, qui utilisaient des morceaux de pagnes, du papier et d’autres supports pouvant éviter de tacher lors des menstruations, avec pour conséquences des infections d’organes génitaux.

Un peu plus tôt, la matinée de ce mercredi 27 février 2019 a été spéciale pour les Sœurs Bene Theresa, responsables du centre «Reines de la Paix», qui prend en charge 34 filles/femmes handicapées : l’institution accueillait dans ses murs la délégation du Ministère des droits de la Personne Humaine, des Affaires sociales et du Genre, le gouverneur de Kirundo, le staff de SaCoDé, et des hauts cadre de la province.

Objectif : procéder au lancement d’un projet qui consistera, comme l’a précisé Landrine Niyongabo, coordinatrice du nouveau Centre Agateka de Kanyinya, à promouvoir la gestion de l’hygiène menstruelle et la formation des agents de santé communautaire sur cette thématique, la formation des filles et femmes handicapées sur la confection de la serviette hygiénique, l’éducation et sensibilisation en milieu scolaire sur la santé sexuelle et reproductive (SSR), ainsi que la création d’une entreprise sociale pour la distribution et la vente des serviettes Agateka dans Kirundo.

Les centres Agateka sont présents dans la province Cibitoke, à Buhiga dans Karusi, et à Kirundo. Depuis 2016, 30.000 serviettes hygiéniques lavables et réutilisables ont été distribuées, alors que le nombre d’élèves ayant besoin des serviettes hygiéniques à travers le Burundi s’élève à plus de 545.000, selon la SaCoDé

Les serviettes hygiéniques, un droit de chaque burundaise

La Directrice Executive de SaCoDé, Grâce Françoise Nibizi, a été claire : «Les serviettes hygiéniques devraient être distribuées gratuitement aux jeunes filles à l’école, comme on distribue les cahiers au début de l’année. C’est un kit matériel pour bien étudier en période de menstruation. Aussi longtemps qu’on prêchera l’égalité des genres, il est pertinent d’offrir aux filles autant qu’aux garçons les mêmes dispositions d’aisance.»
Avant d’appeler les filles présentes à considérer les menstruations comme une fierté, au lieu de se stigmatiser.

Un discours soutenu par Félix Ngendabanyikwa, Secrétaire permanent au Ministère des droits de la Personne Humaine, des Affaires sociales et du Genre : «C’est normal qu’une fille change de morphologie en grandissant, et c’est plus important qu’elle soit accompagnée dans ses changements. Délaissée à elle seule, c’est une perte à long terme que le pays enregistre». Avec un chiffre soulignee : 4.000 élèves ont eu des grossesses non désirées en 2016 dues au manque d’information sur la SSR et des attitudes à prendre à partir du moment où la jeune pubère voit ses menstruations.

Le staff de SaCoDé a par la suite distribué des serviettes hygiéniques réutilisables Agateka, avant d’octroyer 10 machines à coudre aux filles et femmes handicapées, selon leur handicap.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Les règles du Forum Jimbere

Le contenu des commentaires et des posts ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur au Burundi. Sont notamment illicites les propos injurieux, racistes, antisémites, appelant à des divisions ethniques, régionales ou à la haine, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une tierce personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, images) sans mentionner la source.
L’Équipe Web de Jimbere se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout post hors-sujet, répété ou promotionnel. Pour la commodité de lecture du Forum, il est interdit de poster un commentaire rédigé en lettres capitales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Praesent adipiscing ipsum vulputate, ultricies ut id,