Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
KirundiFrenchEnglish
Actualité

La pêche et la femme : incompatibles

Oublions la vertueuse égalité des genres, la bravoure tant admirée de celles qui ne font pas de chichis au travail. Pour la pêche, l’avis est unanime, définitif: pas de place pour les femmes.

Sourires non feints, regards dubitatifs, il est des questions qui ne se posent pas. Sur cette plage calme de Nyanza-Lac dans le sud du pays, elles sonnent comme des coups de tonnerre. « Comment? Une femme pêcher? ». Monica Ndoricimpa n’entend pas notre question. Nous rendons nous compte de l’absurdité de notre question, semble-t-elle plutôt demander.

Patiemment, comme s’adressant à des enfants, elle dit: « Premièrement, c’est un travail qui demande beaucoup de force et de courage. Jamais une femme ne saurait remonter un filet rempli de poissons. Puis, les us et coutumes des pêcheurs ne sont pas compatibles avec ceux d’une femme. »

Et Monica sait qu’elle n’est pas la seule à penser de la sorte. Certes, elle approche la cinquantaine, mais non plus, la jeunesse ne la contredirait pas. « A supposer qu’elle puisse pêcher, qui s’occuperait de ses enfants pendant la nuit, quand elle sera au milieu du lac? », fait remarquer Joséphine Ndayishimiye, 33 ans.

Positions partagées

Le lac Tanganyika est une immense porte pour la ville côtière de Nyanza-lac. Un passage ouvert pour les coutumes des villes tanzaniennes, qui ont déteint sur les  pêcheurs burundais et leurs foyers. Mis à part que bon nombre de ce beau monde est de confession musulmane, certains d’entre eux parlent mieux swahili que kirundi. Et de l’autre bout du lac comme ici, une femme sur une embarcation maritime est une aberration. « Notre métier a des rites et des interdits propres à lui. Nous devons tous nous y conformer », explique Abdul Nzaniye, un capitaine de bateau.

Des règles non écrites, mais que tout pêcheur aspirant doit intégrer et respecter. « Ce n’est pas pour dire que les femmes sont exclues de la pêche, il y a des activités qui leur sont réservées », veut nuancer Abdul. Pourtant, si ce n’est cuisiner pour les pêcheurs, les femmes sont indésirables dans tout le reste. Mais dans ce cocon, personne ne semble s’en plaindre. Car quand on demande pourquoi la pêche ne peut être pratiquée par tous, les femmes semblent plus outrées que les hommes et sont les plus farouches défenseurs de cet ordre des choses.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
Donec venenatis mattis Aliquam Phasellus facilisis libero diam velit, felis