Jimbere

Kirundi French English
Actualité

La part des confessions religieuses dans l’éducation à la SSRAJ

Vue de la paroisse Christ Roi de Gitega

Les leçons sur la santé sexuelle et reproductive chez les adolescents et les jeunes au sein des confessions religieuses se transmettent de manières différentes, selon les croyances. L’abstinence jusqu’au jour du mariage est le message qui revient souvent. Le point.

Après l’école et leur vie en communauté, la plupart des jeunes passent également du temps dans l’apprentissage de la religion, chacun selon la confession qu’il a choisi de fréquenter. A part les enseignements bibliques, les leaders religieux mettent également en avant des leçons sur la santé sexuelle et reproductive chez les adolescents et les jeunes. Ces dernières varient, et les responsables des églises indiquent que les concernés apprécient bien l’initiative.

L’abstinence, principale leçon à la paroisse Christ roi de Mushasha

Selon Méthode Ntahondereye, curé de la paroisse, l’abstinence jusqu’à l’âge de se marier est la principale leçon qu’il transmet aux adolescents et jeunes chrétiens, c’est-à-dire le respect du 6ème commandement de la Bible. Ces messages passent pendant la messe et même après comme il le souligne. Cette paroisse possède des volontaires qui donnent leur coup de main en facilitant la transmission du message aux concernés. « Avant, des volontaires du mouvement laïc faisaient des descentes dans les écoles les samedis, dans le cadre de l’éducation de la SSRAJ pour les aider les jeunes à mieux se comporter mais apparemment cela ne se fait plus souvent », souligne Méthode Ntahondereye.

Il rappelle également que l’éducation des enfants dès le bas âge sur la gestion responsable de leur sexualité est le principal moyen qui pourra faciliter le changement de comportement chez les jeunes. Selon Abbé Méthode Ntahondereye, il y a de l’espoir que les jeunes pourront comprendre ces messages même si c’est un long chemin, au fil du temps, la valorisation de leur vie sera leur priorité.

Quid de l’Islam ?

Imam Elie Bukuru, président de l’alliance des imams du corridor nord pour le développement humanitaire, indique que les messages sur la santé sexuelle et reproductive chez les adolescents et les jeunes se transmettent, en insistant sur l’abstinence car la fornication pour eux est un péché grave. « Conformément au Coran, celui qui s’adonne à la fornication devrait être puni de 100 coups de bâton mais il très difficile de punir un individu de cette manière actuellement sachant la difficulté de s’abstenir, d’où le recours aux méthodes contraceptives afin de se prévenir d’éventuelles conséquences », poursuit l’Imam. « Cela permet aux jeunes et adolescents de se préserver des grossesses non désirées, des avortements, du VIH/SIDA et des IST. » Toutefois, Imam Elie Bukuru rappelle que l’abstinence reste le moyen le plus sûr pour se protéger et pour diminuer la croissance démographique.

Quel message transmis chez les protestants ?

Jacqueline Nsanganiye, chrétienne à l’union des églises baptiste du Burundi, précise que l’abstinence est la majeure leçon que les jeunes devraient recevoir comme la bible le dicte ainsi : « Les rapports sexuels en dehors du mariage sont un péché à éviter comme prescrit dans les 10 commandements de l’Eglise. » Que ce soit donc chez les catholiques, les protestants ou les musulmans, les jeunes y apprennent la gestion de leur sexualité dès l’adolescence, en complément aux enseignements bibliques.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top