Jimbere

Kirundi French English
NUKU

Patrice Barutwanayo, du courage à revendre

Patrice a fait l’économie à l’Université de Ngozi. Il a toujours un esprit clairvoyant. La question qui le taraude : quelle est ma contribution dans la communauté ? Il se lance alors dans la production du lait transformé. Un parcours atypique de ce jeune homme qui habite sur la colline Rukeco, commune Busiga

2017. Patrice et deux amis développent un projet qui consiste à transformer du lait ordinaire en lait écrémé, en ajoutant de la vanille ainsi que les fraises. Une partie des fraises et de la vanille est tirée des cultures de leur association MPAMATA qui emploie 20 personnes. Une autre partie est importée. 

Quant à l’approvisionnement en lait, Patrice indique qu’ils l’achètent aux éleveurs de la commune, par ailleurs des partenaires de l’association. La transformation proprement dite et la conservation du lait suit, et enfin la vente dans les différentes régions. Comme délai d’expiration, le lait transformé reste sain pour la consommation pendant au moins 7 jours. 

Lait et Fbu 

Grâce à leur courage, on trouve leurs produits dans des boutiques, alimentations de différentes provinces : un bidon de 1,5litre coûte 5.000 Fbu. Du coup, depuis le début, le capital s’est Patrice Barutwanayo, du courage à revendre Patrice a fait l’économie à l’Université de Ngozi. Il a toujours un esprit clairvoyant. La question qui le taraude : quelle est ma contribution dans la communauté ? Il se lance alors dans la production du lait transformé. Un parcours atypique de ce jeune homme qui habite sur la colline Rukeco, commune Busiga multiplié par 5. Ils ont commencé à transformer moins de 100 litres de lait par jour, actuellement ils sont à 500 litres. Ils comptent passer à la transformation quotidienne de 30.000 litres. 

Les trois jeunes entrepreneurs sont fiers des réalisations. Ils ont notamment pu terminer leurs études grâce à cette activité. Leur ambition ? Ils veulent que tout Burundais qui veut du lait transformé, consomme celui de Rukeco! 

Même si on transforme du lait délicieux chez Patrice et ses amis, les défis ne manquent pas. Ils soulignent notamment les coupures intempestives d’électricité qui leur font perdre de l’argent. Et de lancer un appel aux jeunes : « Entreprendre c’est le principal outil qui est susceptible d’assurer l’autonomisation des jeunes, aujourd’hui et dans le futur. » 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top