Jimbere

Kirundi French English
Education

Burundi : les résultats inquiétants des enseignants du fondamental au test de niveau

©Jimbere|| Des enseignants pleinement concentrés lors de la passation du test de niveau

Le verdict du test de niveau du 11 mars 2022 est bien clair : 3.000 enseignants sur les 42.000 des trois premiers cycles de l’école fondamentale ont un niveau qui nécessite une formation de recyclage. Une situation jugée plutôt inquiétante selon le ministère en charge de l’Education.

La correction du test de niveau des enseignants de trois premiers cycles de l’ecole fondamentale, dont la passation avait d’ailleurs fait coulé beaucoup d’encre de salive, est déjà terminée. Dr André Nduwimana, Directeur Général de Curricula et des Innovations Pédagogiques: « Les notes obtenues varient de 10 à 60 % en français et 10 à 80 % en mathématiques. »

Selon toujours ce fonctionnaire du ministère en charge de l’Education, près de 3 000 enseignants n’ont pas pu obtenir 20% en français, alors que c’est la principale langue d’enseignement au Burundi. « Ç’est un souci, lorsqu’un enseignant ne parvient pas à avoir 10 % en français, alors qu’il va enseigner un enfant de 4eannée qui commence à apprendre le français. Cela veut dire qu’il ne maîtrise pas la matière enseignée », déplore-t-il.

Une formation pour rehausser le niveau sera organisée au mois de juillet

Au niveau du ministère, Dr André Nduwimana assure qu’ils sont en train de préparer un module de formation approprié à ces enseignants pour faire face aux lacunes constatées notamment en grammaire, en syntaxe et en conjugaison, « La mise à niveau va concerner les 3. 000 enseignants les plus faibles et les autres vont suivre après », confirme-t-il. Il   a également ajouté, que c’est parmi ceux-là que vont être sélectionnés les meilleurs devant assurer à leur tour la formation de leurs confrères vers la fin du mois de juillet.

D’autres dynamiques influencent la régression du système d’enseignement au Burundi

Patrice Manengeri, consultant au Programme d’Analyse des Systèmes Educatifs de la Confemen (Conférence des Ministres de l’Education des Etats et Gouvernements membres de la Francophonie) révèle qu’en 2014, le système d’enseignement burundais avait encore un bon niveau de connaissance. Mais en 2019, les résultats ont baissé sourtout au niveau de la langue française. « Normalement, 30% des enseignants ont un bon niveau en français tandis que les 70% restants sont excellents en mathématiques », note-t-il.

Pour cet expert, le système de recyclage des enseignants ne peut-être que salutaire et vient à point nommé. Mais souligne-t-il,  parmi les urgences que le ministère en charge de l’Education doit mettre en avant, la recherche des solutions aux effectifs pléthoriques des élèves et au manque de matériels didactiques prime.  

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top