Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
Kirundi French English
Entrepreneuriat

Shika Award 2020 : quand les jeunes nous font une leçon de persévérance

Pour clôturer la Semaine mondiale de l’entrepreneuriat au Burundi, le BBIN, organisateur, en collaboration avec ses partenaires, a procédé à la finale de la complétion Shika Award vendredi le 20 novembre 2020. Retour sur les parcours des gagnants …

Pour sa 7ème Edition, Nice Uwanje, François-Xavier Kizoviyo et Delphin Kaze ont respectivement été sacrés premier, deuxième et troisième de la compétition. Un caractère les définit tous : la persévérance.

« Nice Burundi of Tomorrow », produit de la persévérance

Nice Uwanje, 22 ans, sacré premier de la compétition pour son idée de fabrication et de vente de réchauds écologiques, est patron de l’entreprise « Nice Burundi of Tomorrow » qui compte 13 employés, et un capital de 15 millions de Fbu. En plus de ces réchauds, l’entreprise produit du charbon spécifique à leur brasero, pouvant réduire la consommation à hauteur de 90%, histoire de protéger l’environnement.

Malgré ce succès, le niveau atteint par son entreprise relève du parcours de combattant. « L’école touchait à sa fin. J’avais l’idée mais sans capital de démarrage », commence le jeune homme. Il utilise alors le minerval de la dernière année pour se lancer. Avec un capital de 1 million de Fbu, l’entreprise démarre. La marchandise est produite. Mais il passe 4 mois sans en écouler.

L’affaire vacille. Il risque de tout perdre. Audacieux, il se sert 500.000 Fbu sur le compte bancaire de son grand frère dont il est mandataire … sans sa permission. Nice change alors de tactique : il prend les devants en opérant des tournées pendant lesquelles il fait lui-même la démonstration de ses produits à ses clients. Plus tard, il postule à la compétition Shika Award, et après trois tentatives, ses efforts sont récompensés avec ce sacre.  Intwari.

PEACE, propriété d’un obstiné

De son retour du camp des réfugiés, en Tanzanie, François-Xavier a constaté que la boisson locale exportée de Mabanda vers Rumonge [Nous sommes au sud du pays] était produite grâce à une dizaine de tonnes de bananes qui venaient de la Tanzanie, chaque semaine. De là, il a pris l’initiative de lancer en 2012 le Projet d’Agriculture, de Commerce et d’Elevage (PEACE), afin de conquérir à l’offre étrangère. Voilà l’idée qui a remporté la 2ème place.

Devant les contraintes budgétaires et des découragements, François n’a pas baissé les bras. D’abord ils se sont créés un salon de coiffure, ensuite ils se sont lancés à la recherche des bailleurs … histoire d’augmenter le capital. L’association a pu bénéficier, de la part d’un ancien ami de François, d’un don d’un terrain de 7,5 ha dans lequel ils ont pu planter 600 bananiers et 800 boutures d’ananas. Tout cela grâce aux revenus du salon de coiffure et un don de fumier du FAO.

Aujourd’hui, PEACE en pleine évolution grâce à un équipement de transformation moderne. Le chiffre d’affaire ? Il est passé de 1,5 million à 11 millions Fbu, 2016 à 2019, avec un effectif de 9 employés à temps plein.

Enfin « Kaze Green Economy » …

Le troisième gagnant est Kaze Delphin. On ne le présente plus. Le fameux environnementaliste plus connu pour son « Kabiof », son charbon bio produit à partir des rafles de maïs. L’idée de départ était de sauvegarder l’environnement, et au passage de se faire un peu d’argent. Depuis, la production de son entreprise est passée de 10 à 350 kg par jour. A 500Fbu le Kg, le chiffre d’affaire avoisine 60 millions de Fbu.

Dans le cadre du projet « Tuyage » financé par l’USAID, le Magazine Jimbere s’associe avec Search For Common Ground au Burundi (partenaire de mise en œuvre du projet) dans la production d’une série d’articles économiques

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
Lorem Nullam neque. commodo ultricies mattis Donec Curabitur eleifend ut facilisis