Jimbere

FAITES VOS PUBLICATIONS ICI
Kirundi French English
Basketball

United we stand : quand l’unité des basketteurs burundais crée de l’émotion…

Le « Show for Gatumba », une initiative caritative du collectif des basketteurs burundais pour venir en aide aux victimes des inondations de Gatumba et de Buterere se clôturait ce dimanche 26 juillet, au Département des Sports. L’amour, l’ambiance, la fraternité, le fair play, l’unité autour du ballon orange étaient au rendez-vous.

La journée dominicale était très chargée pour les admirateurs du ballon orange. Au programme 4 matchs amicaux prévus. Les jeunes hommes de la deuxième division, les équipes-types féminines « Lightning Team » et « Heat Wave Team », les anciennes gloires du ballon orange, ont formés deux équipes : la « Team Savoka », et la « Team Wallace ». Ce n’est pas tout : les hommes de « la select Team » se sont mesurés  à l’Equipe nationale senior. Les deux formations ont livré un match haut en couleur, un vrai régal pour les centaines de spectateurs présents.

Toutefois ce ne sont pas les scores ou le classement qui comptaient vraiment, mais plutôt la qualité de jeu et la fraternité autour de la passion du ballon orange.  « C’est fort agréable de voir les joueurs qui normalement s’affrontent en rivaux porter le même maillot, sourire, exécuter des gestes techniques magistraux comme s’ils étaient d’une même équipe depuis la nuit des temps. Les joueurs ont donné tout, pas seulement à leur sport de cœur, mais aussi à leur prochain », a indiqué un spectateur très émotif.

Les aînés n’ont pas perdu la main

Le match opposant la « Team Savoka » et la « Team Wallace », deux sélections constituées d’anciennes gloires du championnat de Bujumbura était plus attendu. Il a débuté vers midi. Les deux tribunes et le pourtour étaient pleins. Le public impatient de revoir les anciennes vedettes du basketball burundais des années 2000 jubilait.  Ils n’ont pas été déçus.    

En effet, hormis le manque d’endurance dû à la prise du poids et de l’âge, la technique, la détermination et la vision du jeu étaient encore au rendez-vous. Les tirs précis de Willy Nijimbere, la maîtrise du ballon de Joris Nduwumutima, la rapidité de Butoyi Christian dit Mayeri, la bonne défense du légendaire Niyongabo, la capacité de briser la défense adverse, cher à Kabongo, ont mis le public en liesse. A l’issu du match, la « Team Wallace » gardera un léger avantage (72-69) mais il aura fallu attendre la prolongation.

Encourageant ses petits frères, Butoyi Christian dit Mayeri élu homme du match notera que le basketball burundais est sur une bonne voie, mais il invite les autorités du pays à soutenir les initiatives des jeunes sportifs. « Si on pouvait avoir au minimum un gymnase digne de soi, cela serait un bon point vers le professionnalisme. Le basketball coule dans nos veines, les jeunes n’ont besoin que de soutien », a déclaré Mayeri après le match.

L’union fait la force…

Pour le dernier match opposant l’Equipe nationale chez les hommes et la sélection du reste des joueurs, même si l’enjeu n’était pas très important, on sentait que c’était le haut niveau. Les jeunes joueurs ont fait montre de leurs immenses talents. On marquera particulièrement les performances du jeune meneur Rudolphe Munobogo, la puissance de l’inlassable Richard Ndikuriyo, la rapidité de Staminah, ou encore l’endurance et la lecture du jeu impeccable de Bebeto qui fait sa première saison à Bujumbura.

A l’issu du match remporté par l’Equipe nationale, Elvis Hakizimana, dit Gafyisi, un des organisateurs de l’activité, relèvera la détermination des joueurs et l’évolution du basketball burundais, tout en plaidant pour l’amélioration des conditions des joueurs.

« Il est rare de voir un spectacle pareil dans une discipline qui n’est presque pas soutenue. Il est temps que les choses changent. Nous avons le plus beau basketball de la région. Cela se remarque quand certains joueurs vont jouer à l’étranger. Ils brillent. Ils sont inégalables. Imaginez-vous, s’il y avait un minimum de soutien et plus de considération pour ces jeunes qui se donnent à fond », plaide Gafyisi.

L’icône de la formation d’Urunani, pointera du doigt les présidents des clubs, les sociétés, les autorités, qui ne conjuguent pas assez d’efforts en faveur du basket. « Je viens de passer 19 ans dans le basket local,  il y’a eu aucun changement. On n’évolue pas, au contraire on recule. Cela fait du mal aux joueurs. Nous voulons le changement. A l’unisson, les joueurs lancent un cri d’alarme pour être soutenus. Levons-nous comme un seul corps pour le bien de notre sport », a souligné Gafyisi.

Pour rappel, le tournoi d’ouverture du championnat de basketball de Bujumbura édition 2020/2021 débutera le 1er août.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top
lectus leo eleifend nec felis libero Lorem ut